La course à pied Les blogs courseapied.net : fred

Le blog de fred

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-06-02 20:58:58 : Les 10 km du Xe, préparation veille de course, samedi 2 juin 2007.

Départ des 10 km du Xe à 10 heures dimanche 3 juin.

Comme avant chaque course une préparation méticuleuse
est de mise.
Ne jamais rien laisser au hasard.

La suite en images et en couleur.

La course ici :
http://fred.courseapied.net/billet.php?idbillet=3680

Fred

Les réactions

Par JC, le 2007-06-02 21:24:53
Je ne pourrais y participer pour cause de déchirure musculaire.
Je vous souhaite une excellente course en tout cas!

Par jibé, le 2007-06-02 21:36:22
Bonne course les cocos !
Courez vite et amusez vous bien :)

Par krusti, le 2007-06-02 21:38:57

El Fonz tu files dans ta chambre.
Demain tu as un repas d'affaire.

K.

Par Romain, le 2007-06-02 21:38:57
Tu vises quel temps Fred?

Par Fred, le 2007-06-02 21:54:11
Bon rétablissement JC.
Fred

Par Fred, le 2007-06-02 21:55:05
Jibé, tu as repris la course ? Ce matin j'ai vu Baltha aux Buttes-Chaumont, il a des soucis avec son ménisque...
Fred

Par Fred, le 2007-06-02 21:56:41
Krusti, je vens de vérifier, à cette heure JPII écrase comme un nouveau né.


[ Hééé arrête de ronfler JP, j'entends pas le match là ! ]

Fred

Par Fred, le 2007-06-02 21:58:46
Romain, je ne vise aucun temps, je n'ai quasiment pas couru depuis St-Léger en Yvelines il y a 4 semaines, et pas de séance de qualité depuis le semi de Paris.
Si je termine en 37'10", soit mon temps de passage au 10e km des 20 km de Paris et du semi, ce sera miraculeux (merci JPII).
Fred

Par SERGE92, le 2007-06-02 22:07:13
Qu'avez vous fait des tentes? vendues pour vous payer une mousse en charmante compagnie? .......ne buvez pas tout demain je sens que la t° remonte et que le gosier de l'autruchon risque d'être sec....à demain au cul du fût!

Par Romain, le 2007-06-02 22:16:54
OK Fred bonne course.c'est vraiment Sharapova en photo???

Par Fred, le 2007-06-02 23:23:47
Serge il reste quelques tentes en amont.
Par contre je pense que le fût est vide à cette heure.
Bon vent demain !
Fred

Par Brinouille, le 2007-06-03 07:19:38
diantre nous sommme grillés tout le monde va connaître notre méthode ultime pré course !

je sui toute courbaturée moi ce matin, la capoeira m'a tué ! arg je vais souffrir dans les côtes ! à toute alors : )

Par Fred, le 2007-06-03 07:59:18
Brinouille, j'ai bu moult bières hier soir, ça va aller. J'arrive à vélo.
Fred

Par Fred, le 2007-06-03 08:01:23
Romain, une grande fille, immense même avec ses talons, et parlant Russe.
Lorsque j'ai crié " Out ! 40 - 15 ", elle a changé de côté et a sorti une balle jaune de son sac.
Fred

Par Pépito, le 2007-06-03 08:24:29
Une bonne blonde sur un trottoir paisien un samedi après-midi, y-a rien de plus agréable quand il fait chaud.

Par Fred, le 2007-06-03 13:43:47
Pluie de podiums dans le Xe, à suivre en images, plus tard et dans un autre billet.
Fred

Par Fred, le 2007-06-03 15:15:59
Pepito, et une brune en terrasse...
Ton genou va mieux ?
Fred

Par cyrille, le 2007-06-03 20:48:48
resultat de la course? @ +

Par PARISI, le 2007-06-03 21:28:31
Merci FRED et bravo pour les commentaires de tes charmantes photos !!
Si je n'avais eu la course du chateau , j'aurai fais celle là car c'est mon quartier !!

A+++ Parisi

Par Fred, le 2007-06-03 22:30:01
Cyril, c'est ici :
http://fred.courseapied.net/billet.php?idbillet=3680
Fred

Par Fred, le 2007-06-03 22:30:47
Parisi, ha oui tu courais à Vincennes, je n'ai pas suivi grand chose à vrai dire, je lirai ça demain matin tôt.
Fred

Par Marrria Charrrapova, le 2007-06-04 00:17:18
Dobrrri vietcherrr
Moi avoirrrr adorrrré Parrris quarrrtier rrromantique, ca etre pareil comme Sankt-Peterburg prrresque. Aprrres je gagne Parrris Rrroland Garrrrosse je compter surrrr vous pourrrrr aprrrrrondirrrr connaissance moi de Parrris sil vous plait soyez guide pourrr moi.
Balchoiya spassiba, dosvidania, Marrria

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


La semaine dernière JPII m'avait demandé de m'occuper de l'hôtel.
Ma mission : calme et proche du départ.
L'hôtel du Nord est idéalement placé à 100 m du départ.
Et d'un calme...


Grande terrasse au soleil et au bord de l'eau, mais...


… mais toilettes sur le palier.


" Brinouille, comment as tu trouvé l'hôtel ? "
" Heuuuu très facilement ".


JPII salue le chaland.


Surprise !
Après son match victorieux à Roland Garros, Maria Sharapova est venue s'encanailler
dans le Xe arrondissement.


Faut pas que je pose le pied en dehors de la bande blanche…
Faut pas que je pose le pied en dehors de la bande blanche…
Faut pas que je pose le pied en dehors de la bande blanche…
Faut pas que je pose le pied en dehors de la bande blanche…


– C'est quoi le parcours exactement ?
– Parce que tu crois que tu seras en tête ?
– Heu, non !
– Alors tu suis et puis c'est tout !


Les 5 billets précédents

2007-05-06 21:52:12 : Dimanche 6 mai 2007. La Forestière à St-Léger-en-Yvelines. - 42 photos - 51 réactions

Dimanche 6 mai 2007.
La Forestière à St-Léger-en-Yvelines.


Elle a eu une bonne idée La Pépite de me parler de cette petite course de 13 km dans la forêt de Rambouillet, au départ de St-Léger-en-Yvelines.
Nous formons une équipe mixte (quatre coureurs dont au moins une fille) avec La Pépite donc, JPII, et Patrice, un copain rencontré par hasard le matin au départ, un V2 qui cavale bien.

Finalement le parcours est assez accidenté, alors je ne sais pas trop pour le chrono, entre 48 et 49 minutes, de toute façon je manque de rythme n'ayant pas effectué d'entraînement de qualité depuis le semi-marathon de Paris il y a 8 semaines. En tout cas je m'arracherai pour réaliser un bon classement par équipe, la distance est vraiment très courte alors je m'en sortirai je pense.

Le départ s'effectue sur un terrain digne d'un cross, d'abord sur l'herbe puis dans un champ rempli de taupinières et de divers sillons. Il faudra faire attention à ne pas se tordre les chevilles.
Nous voici partis à 10 heures, je suis très prudent sur les 2 premiers kilomètres, la première montée me le confirme j'ai du mal à relancer après un effort violent. Le terrain est parfois boueux en raison des orages de vendredi soir et mes appuis sont parfois hésitants. Après être passé au deuxième kilomètre en 7'55" je me sens mieux et je commence à remonter des coureurs au gré des accidents de terrain. En voyant filer les coureurs devant j'ai compté que j'étais en 15e position. Dès que ça monte je dépasse, nous évoluons sur un terrain pas facile, alternance de pistes en sable mou, de chemins jonchés de racines ou flaques d'eau.

Vers le 5e kilomètre passé en 19'15" il y a une longue montée à l'issue de laquelle je me retrouve seul. Curieusement de nombreux coureurs devant moi ralentissent, voire même s'arrêtent au ravitaillement du 6e km. Le ciel est partiellement couvert, il ne fait pas trop chaud, je n'ai pas soif alors je file dans la descente qui suit. Je continue à fond de train ce qui me permet de gagner de nombreuses places, un peu plus loin un signaleur à un carrefour m'annonce en 7e position, ça m'étonne, mais c'est confirmé peu après. Mais il y a un paquet de vétérans devant, allez je me dis qu'un podium en vétéran I est peut-être possible, il y a au moins un senior et deux vétérans II devant.

Un coureur m'a rejoint au pied de la descente, à chaque montée je prends quelques mètres d'avance mais il revient sur le plat où je ne peux définitivement pas accélérer. Le parcours est superbe au cœur de la forêt, nous courons dans un silence absolu sur ces chemins de sable, deux sangliers dérangés par cette horde de coureurs détalent 15 mètres devant moi. Les kilomètres défilent, 10e km passé en 39'20", finalement le parcours est bien plus exigeant que je ne le pensais mais j'adore ce type de course tout en relances. Ça me fait vraiment penser à un cross-country, il faut parfois slalomer entre des arbres, éviter des racines ou des blocs rocheux, les changements de rythme sont nombreux. J'ai vérifié, mon suiveur est senior, et je préfère être devant et donner le rythme plutôt que suivre. Dernière dure montée, je le largue mais il revient sur le plat car je n'arrive pas à accélérer.

Nous voici sur une des rares portions en bitume, il reste moins de 2 kilomètres et une courte descente très raide et ravinée se profile. Je tente une nouvelle accélération mais rien à faire. Un des coureurs que j'avais largué au ravitaillement du 6e km revient sur nous, je regarde rapidement, il est senior aussi. Nous passons une petite butte qui marque la sortie de la forêt et voici les 400 derniers mètres sur ce terrain remplis de taupinières. Je suis à fond et les deux autres accélèrent. Je ne cherche même pas à m'accrocher, tant pis pour les deux places perdues, et je termine en 48'57".

Mon dossard à peine rendu je repars à fond à contresens, voici JPII qui arrive, super pour le classement par équipes, puis c'est Patrice. Je pénètre dans la forêt, je croise des coureurs seuls ou en petits groupes. Ha une coureuse là-bas, mince ce n'est pas La Pépite. Je continue. Une autre coureuse, toujours pas elle. Haaaaaaa la voici, à une cinquantaine de mètres de la seconde.
"Allez Pépite, plus qu'un kilomètre". Et je cours devant elle, nous revenons lentement sur la coureuse qui a elle aussi son accompagnateur. Je hèle des coureurs un peu plus lents pour qu'ils serrent à droite, nous sommes à la sortie de la forêt et le chemin est étroit.
J'accélère pour lancer La Pépite vers l'arrivée, elle vient de larguer définitivement la coureuse qui est cuite. Je la laisse en terminer en un peu moins de 55 minutes.

Et là, en plus de la seconde place de Pépite, je découvre que nous sommes premiers par équipe mixte et que suis 9e au classement général et 3e V1. Il va faloir patienter pour les podiums, de toute façon le temps est radieux et nous avions décidé de pique-niquer.

En attendant place aux enfants qui vont courir deux kilomètres. Dès le départ donné ils sont à fond comme toujours, les catégories d'age sont larges, ça va de 5 ans à 11 ans. Certains téméraires ou inconscients passent au ras de l'étang. Je suis à distance mes enfants qui courent, cette fois-ci ma fille devance son frère de peu.

Un peu plus tard Pépite fera quelques montées de podiums pour récupérer, trois au total, et je me retrouve aussi récompensé, il y avait bien longtemps que ça ne m'était plus arrivé.

Nous mangeons ensuite au soleil avec JPII et quelques uns des ses copines et copains.

Le site de la course :
http://laforestiere.over-blog.com/

Les résultats :
http://www.detempsentemps.com/chrono/forestiere2007.htm

Le parcours :
http://www.openrunner.com/index.php?id=266776

2007-05-02 14:49:55 : Mardi 1er mai 2007. Marathon de Sénart. - 27 photos - 42 réactions

Mardi 1er mai, Duduche est au départ du marathon de Sénart,
prévu de longue date pour lui.

Ouille, en préparation des 100 km de Chavagnes fin mai, a prévu de l'accompagner sur les 25 derniers kilomètres, et Martine a décidé de prendre le départ pour éventuellement courir toute la distance, ou une partie seulement de la course.

Duduche vise un temps vers 3h52 voire un peu moins, ce dont il est tout à fait capable, mais lorsqu'il m'annonce son temps de passage prévu au 10e km je frémis, il serait sur une base de 3h28min environ. Je lui suggère de plutôt passer en 52 ou 53 minutes. Rétrospectivement j'aurais dû le retenir jusqu'au 10e km environ, en le voyant filer dès le 3e km je l'ai trouvé un peu gourmand.

Pour moi la course a bien failli s'arrêter avant le premier kilomètre, il y a eu une légère bousculade et mes pieds ont accroché un câble métallique en boucle, je me suis étalé dans des cailloux, le genou et le flanc gauche râpés et écorchés et des graviers incrustés dans les mains. Même pas mal, enfin pas sur le moment, je me relève.

Je m'arrête au 5e km pour faire nettoyer et désinfecter mes plaies, ça dure bien plus de 2 minutes et je repars à toute vitesse pour rejoindre Martine. J'ai mal au genou mais ça ne me gêne pas pour courir heureusement.

Martine a de bien meilleures sensations qu'au départ du marathon de Paris il y a 16 jours, nous sommes sur un rythme de 3h50 environ.
L'environnement est assez monotone, et certaines lignes droites sont balayées par un vent assez fort qui a au moins le mérite de nous rafraîchir car le soleil brille, heureusement rapidement voilé par quelques altocumulus bienvenus.

Duduche est maintenant loin devant, je dis à Martine que je suis perplexe sur son départ rapide, j'ai peur qu'il coince trop tôt dans la course.
Entre le 15e et le 18e km le parcours est en aller et retour et nous croisons Duduche qui doit être à près 12 km/h de moyenne, sur les bases de 3h35. Il va retrouver Ouille dans quelques minutes d'ailleurs, vers le 18e kilomètre.
Peu après le 19e km Martine ralentit brusquement, son genou droit est sensible, son tenseur du facscia lata est douloureux, la voici obligée de marcher puis contrainte à l'arrêt. Nous repartons lentement mais même la marche est douloureuse, alors je me place au milieu de la route pour arrêter la première voiture qui passe.

Le conducteur hésite.
"Heuuuu, c'est légal ? J'ai le droit de vous emmener ?"
– Tant pis pour vous vous êtes complice,
lui dis-je.
Et je monte dans la voiture, pas le choix, alors il roule.
800 mètres plus loin nous descendons pour demander une poche de glace aux ambulanciers de la Croix-Rouge.

Coup de chance, l'autobus qui ramène les coureurs de l'ekiden est prêt à partir alors nous montons.
Nous coupons le tracé du marathon vers le 34e kilomètre au moment où le ballon 3h30 arrive en à peu près 2h50min de course.
Ouille vient de m'appeler, Duduche est en train de coincer, en plus le ciel est à nouveau dégagé, le soleil tape fort désormais.

Nous voici sur le stade Alain Mimoun à Combs-la-Ville auquel on arrive par une descente assez raide qui va faire mal aux cuisses.
L'arrivée des coureurs se densifie à partir de 3h20 de course avec un gros groupe derrière la ballon 3h30.

J'estime le temps de Duduche à un peu moins de 4 heures, mais il ralentit vers le dernier ravitaillement et le voici enfin pour les 300 derniers mètres sur la piste, le visage un peu plus orange que son maillot.
Il passe la ligne en 4h01min, dommage car sans ce départ trop rapide il aurait pu terminer plus rapidement, sans doute entre 3h50 et 3h55, cela dit la seconde partie du parcours ne semble pas aussi facile que la première qui est vraiment sans difficultés.

ƒred

2007-04-22 16:44:54 : Dimanche 22 avril 2007, pas le premier tour des Vincennus™. - 14 photos - 19 réactions

Pas le premier tour des Vincennus™.

Du monde ce matin à 9h30, avec des marathoniens tout frais comme Fabrice et Stefun, même pas mal aux jambes, Jean-Luc et Pierrot en prépa 100 km, Vincent également malgré une soirée aux quatre vents où nous avons été assez sobres finalement, avec Yannnnnnnn (je sais plus combien de n ?), JPII, Martine et même Squirel qui nous a débusqué le long de la rivière.
C'était un temps et une forme à courir un marathon pour certaines, le marquage est toujours là d'ailleurs.
JPII fait la causette avec les animaux du bois, quel bestiaire, je lui fait découvrir un coin mâle femmé, notre groupe diminue avec le temps qui passe et nous en terminons après 1h43 minutes, et 18 km courus.
A noter un incident heureusement sans conséquence, en fin de parcours JPII se prend les pieds dans sa soutane et dans une racine ce qui le fait tomber mais il se relève immédiatement : " même pas mal ".
Puis il nous fait une démonstration de démarrage à vélo au feu rouge, par contre je ne suis pas certain que la rue de Picpus ait été le meilleur itinéraire pour rejoindre Rambouillet.

Ce soir analyses d'urne.

Et JPII, n'oublie pas ce que je t'ai murmuré à l'oreille du côté de l'hippodrome et qui t'a fait hennir : il faut le récépissé après l'élection.

ƒred

2007-04-15 21:10:46 : Marathon de Paris 2007, 17 km de course. - 27 photos - 36 réactions

Dimanche 15 avril.
Marathon de Paris 2007, 17 km de course.


Tout avait bien commencé samedi soir à table, avant de nous retrouver dimanche matin au départ du marathon.

J'avais dit à Brinouille de ne pas partir trop vite, et la connaissant bien, la sachant un peu fougueuse au départ
des courses, je lui avais proposé de rester avec moi
jusqu'au 6e km, place de la Bastille.

Hormis quelques accélérations involontaires elle est resté à mes côtés avant de disparaître dans le flot des coureurs du côté du Faubourg St-Antoine. Duduche l'attend vers le 15e km pour effectuer sa sortie longue de préparation du marathon de Sénart le 1er mai.

Je commence alors à m'inquiéter sérieusement pour Martine qui n'a pas de bonnes sensations, nous courons depuis plus de trente minutes et ce n'est pas bon signe. Premier arrêt de quelques dizaines de secondes cours de Vincennes au 9e km, le temps file, nous sommes partis volontairement lentement et déjà l'objectif de 3h48 est cuit.

Nouvel arrêt vers le zoo de Vincennes, Martine n'a pas de jambes, c'est vraiment le jour "sans". J'envisage mal la suite de la course, je sais pertinemment que si on n'est pas en forme après une heure de course ça ne va pas aller soudainement mieux. Sous les frondaisons du bois de Vincennes l'allure se fait plus chaotique. Je suggère une première fois à Martine qu'il faut arrêter mais elle repart. Je me dis que nous pourrons aller jusqu'au semi peut-être.

Hélas la petite montée de l'hippodrome de Vincennes va l'achever.
"Allez on rentre" murmuré-je avant de traverser la route pour retrouver Squirel sur le plateau de Gravelle. Elle semble surprise de nous voir nous arrêter. Je retire nos deux dossards, je prends conscience que c'est l'arrêt définitif. En étant en 1h40min au 17e km je sais que la fin de la course risque d'être un long calvaire, inutile d'aller se faire mal aux jambes et au mental.

Squirel nous raccompagne jusque vers Joinville, poussant même la gentillesse jusqu'à aller chez elle nous donner quelques pièces pour rentrer à Paris. Il faut même sprinter car le train rentre en gare, montée des escaliers quatre à quatre.

Duduche m'a appelé pour m'annoncer que Brinouille a dépassé le semi, je lui apprends la mauvaise nouvelle.
Bien qu'en plein effort Brinouille rappelle quelques mintues plus tard pour réconforter Martine.

Quarante minutes plus tard nous sommes dans la zone d'arrivée, pour rendre nos pupuces et récupérer mon sac.
Je vois Jipé qui est arrivé en 2h48min, super perf.

Les ballons 3 heures arrivent, nous nous plaçons vers le km 41,8 pour asister à l'arrivée des coureurs. J'ai appelé Enzo qui est à vélo vers le 40e km, il n'a pas de nouvelles de la Pépite. Apparemment Jibé est passé en un peu moins de 3 heures. Les ballons 3h15 passent, j'aperçois enfin la Pépite qui n'a plus d'énergie. Elle a dû en chier dans le final pas facile.
Il fait vraiment chaud au soleil.

Duduche m'a appelé, il arrête car l'effort est trop intense pour sa préparation marathon, Brinouille continue seule après le 35e km. Je décide de repartir à contresens pour finir avec elle. J'aperçois JGab qui finit à l'énergie, puis Narbé et la baronne (elle a tout couru ? elle est toute pimpante).

Je m'arrache les yeux pour ne pas rater Brinouille, je cours comme un fou à contresens, enfin sur le trottoir quand même. Un coureur m'appelle mais j'ignore qui c'est. J'ai dépassé la marque du 38e km, j'espère que je n'ai pas raté Brinouille.

Je décide de m'arrêter au km 37,8 ce sera plus facile pour la guetter. Pierrot arrive, je lui trouve le visage défait, les traits tirés. Brinouille passe 30 secondes après, elle est concentrée. Je lui passe ce qu'il reste de ma bouteille, il n'y avait plus beaucoup d'eau sur la table du 40e km. Je lui asperge la nuque, les épaules, la tête. Je l'estime en un peu moins de 3h50 à l'arrivée.

Tiens Jog est là également, c'est étonnant de se retrouver ainsi. Nous dépassons Pierrot qui termine difficilement. Brinouille a une super allure, elle n'arrête pas de dépasser,
ça doit faire du bien au mental.
40e km, je réussis à trouver une bouteille qui va être rapidement vidée.
Allez Brinouille maintenant c'est le final, te voici dans les quadras kilomètres, il ne peut plus rien t'arriver. Elle accélère avant de ralentir un peu plus loin, les muscles des cuisses douloureux, elle est à bloc.
L'ambulance des pompiers vient de s'arrêter, un coureur est effondré sur le trottoir.

C'est l'arche verte du 41e km, plus qu'un kilomètre… et 200 mètres. Il y a de plus en plus de spectateurs, Duduche qui a coupé dans le bois se joint à moi pour les derniers hectomètres puis je me place à gauche pour m'arrêter avant le rond-point de la Pte Dauphine, regardant Brinouille filer vers l'arrivée de son tout premier marathon.

"Moins de 3h50, moins de 3h50, moins de 3h50…".

J'évite la zone d'arrivée qui est maintenant noire de monde et je file au café.
Brinouille y arrive quelques minutes plus tard, la démarche un peu raidie.
Depuis sa présence à mes côtés pendant 75 km lors les 100 km du Morvan en juillet dernier je lui dois au moins une dizaine de massages. Hormis une ampoule sur un orteil elle a les pieds en parfait état et les jambes assez souples finalement, enfin vu de l'extérieur.
Brinouille je suis très fier de toi et de ta fin de course, bravo !
Martine je suis déçu pour toi, mais pas déçu par toi, tu as bien mené ta préparation, ce fut le jour "sans" qui tombe très mal le matin de la course.
Sincèrement vu ton manque d'énergie je ne regrette pas de t'avoir suggéré par deux fois d'arrêter, même si ce fut douloureux pour toi.

Allez, on rentre, c'est fini.
Brinouille, un peu de repos et de récupération quand même.

ƒred

2007-04-13 19:12:03 : Le huitième mile... - 170 photos - 18 réactions

Le huitième mile...

Le huitième mile est bien marqué, peu après l'esplanade du château.
Par contre quelque chose m'inquiète. La ligne bleue s'interrompt sur plus de trois mètres, que faut il faire ? Cloche-pied ? Pieds joints ?
Par ailleurs comme vous pouvez le constater sur les photos, il ne fait absolument pas chaud.
Nous avons vu Squirel en train de repérer les lieux pour bien se placer dimanche sur les hauteurs du plateau de Gravelle, près du point d'eau.

Bon marathon !

ƒred

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net