La course à pied Les blogs courseapied.net : fred

Le blog de fred

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-02-20 12:15:46 : Samedi 16 février 2008. Cinq tours de manège aux Buttes-Chaumont pour la course de la Saint-Valentin.

A la fin des années soixante je venais déjà aux Buttes-Chaumont faire des tours de manège ou traverser le lac avec le petit bateau.
Un peu plus de quarante ans après ce sera cinq tours du parc pour les 10 km de la St-Valentin.

J’avais couru cette course en 2006 avec Brinouille :
http://fred.courseapied.net/billet.php?idbillet=1149
j’avais encouragé en 2007 :
http://fred.courseapied.net/billet.php?idbillet=3106
et cette année, en préparation marathon, je cours les 10 km en solo. Il y a également au programme la course de 6 km en couple.

Ma préparation justement est un peu décousue par manque de temps, enfin ça va aller mieux à partir de cette semaine.

Le parc des Buttes-Chaumont s’étirant à flanc de côteau, la boucle de 2 km consiste en une belle descente sur plus de 800 m, un léger replat devant la grille côte mairie du XIXe, puis une montée en 3 paliers avec un nouveau replat en haut au niveau du départ.
Je n’ai aucune idée de mon rythme de course, je vais tenter d’être rapide évidemment, si je peux courir entre 38’ et 38’30" je serai satisfait.

Premier tour en ballotage favorable
Il fait très froid et très beau comme depuis plusieurs jours à Paris. Le départ des deux courses est donné à 10h30, ça file vite et je me place dans les toutes premières positions pour ne pas être gêné dans l’épingle puis la descente, ensuite je reprendrai un rythme plus raisonnable.
Le premier kilomètre couru essentiellement en descente est avalé très vite (trop vite !) en 3’13". Un coureur est parti comme une fusée il a déjà 30 mètres d’avance au bas de la descente. Je monte au train alors que nous somme un petit groupe de quatre à revenir doucement sur le leader.
Et nous bouclons le premier tour en 7’12"… Oui, bien trop vite pour moi !

Tour de contrôle
L’éphémère leader est repris dans la descente par un jeune coureur qui le lâche, je suis à côté d’un triathlète qui me demande mes références de temps sur 10 km. Je lui dis que je n’en ai plus depuis bien longtemps. Nous discutons un peu jusqu’au pied de la montée avant de nous concentrer à nouveau sur notre effort, la pente est raide.
Troisième kilomètre en bas du parc effectué en 3’15", ça ne va pas ça je vais me cramer !
Alors je ralentis un peu dans la montée, me faisant dépasser par un autre coureur ce qui me place en cinquième position désormais. Les kilomètres pairs effectués en montée seront plus lents, celui-ci est d’ailleurs le plus lent de tous, j’ai contourné des promeneurs flâneurs avant le nouveau raidillon précédant l’arrivée. Les autres coureurs sont loin devant, il me reste 6 kilomètres à courir sur ce circuit que je connais bien. Je ne sais pas si ce n’est pas un désavantage finalement de connaître parfaitement les lieux, par moments je n’ai pas l’impression d’être en compétition. La Pépite et mes enfants sont au virage de l’épingle, Krusti également, NicoASM s’entraîne en courant à contresens, F@bien et Sedef sont là en supporters, je vois d’autres têtes connues également.

Tour de guet
Cinquième kilomètre couvet en 3’39", c’est plus raisonnable, passage à la mi-course en 18’30", à mon avis ça pourrait faire 38’ et quelques secondes à l’arrivée, je pense que je vais coincer au dernier tour. Je rattrape les derniers coureurs en couple des 6 km, et avec les nombreux promeneurs sur l’allée il faut faire très attention aux trajectoires.
Je monte à ma main en 4’16", impossible d’accélérer dans cette montée. Nouvelle descente où je récupère un peu, 3’51", je devine la présence d’un coureur qui revient derrière moi, j’accélère dès le début de la montée pour le distancer, 4’10" sur ce huitième kilomètre, mais je n’ai plus la même vélocité dès l’amorce de la descente et je me fais dépasser. Enzo qui a terminé second des 6 km avec Baltha tente de me relancer mais il n’y a rien à faire, je cours ma descente la plus lente de la course en 3’55", et malgré mon accélération dans la côte le coureur reste hors de portée.
Je monte néanmoins le plus vite possible (3’51") pour finalement terminer 6e et second V1 en 38’30" pile, soit 3’51" au kilomètre (15,6 km/h). Baltha me dit que sur un circuit plat je pourrais gratter un peu plus de 5 secondes au kilomètre et courir vers 37’15".
Je ne sais pas, pour le moment ma préparation marathon continue, prochaine course dimanche 2 mars avec le semi-marathon de Paris, en étant raisonnable au départ (pour une fois…). Je courrai avec ma copine triathlète Anne Valéro (elle aussi en préparation marathon) qui a terminé 17e et première femme de l’EcoTrail de Paris, 82 km en 7h04’.

Merci à Pépita, Patoche (images du départ) et Krusti http://krusti.courseapied.net/billet.php?idbillet=4418
pour les photos, à F@bien, NicoSM et Sedef pour les encouragements.
Et à Baltha pour la récupération d’après-course.

Fred

Les réactions

Par Nicolo, le 2008-02-20 12:33:42
Je suis grillé. Moi qui espérais avoir battu un record sans qu'on me remarque.

Par contre, le pont ça ne fait des année qu'il est fermé. Seulement quelques mois et un accident je suppose.

Par Fred, le 2008-02-20 12:36:54
Le pont suspendu est fermé depuis au moins 2004, quelques années donc.
Non pas à cause d'un accident (les désespérés sautaient du haut de l'autre pont) mais de l'usure de pièces, avec un budget de plusieurs centaines de milliers d'euros pour le remplacement.
Fred

Par gavroche, le 2008-02-20 12:49:03
merci pour la ballade, ça fait des années que je viens aux buttes et je n'ai jamais pu emprunter le pont suspendu, remarque la mairie vient juste de commencer les travaux de réfection de l'aire de jeux du parc de belleville après plusieurs années de fermeture, ça coute cher et c'est pas prioritaire.
bizzz

Par Fred, le 2008-02-20 12:54:52
Tu n'étais pas là en spectatrice Gavroche ?
Je pense même que la fermeture du pont suspendu est antérieure à 2004.
Fred

Par Brinouille, le 2008-02-20 13:25:23
Belle course père Noël Fred ; ) !

Par Krusti, le 2008-02-20 13:33:44

Courir aux Buttes en l'absence d'un quelconque mariage, on est pas loin de la faute de goût.

N'ayant jamais fait paraitre les 2 photos floues pour lesquelles tu as le tact de me nommer, je n'assumerai jamais la paternité au tribunal.
Palaiseau ?
Il est bondé.

Par L'Castor Junior, le 2008-02-20 13:51:56
Bravo Fred pour ces cinq boucles. Vraiment pas décidé à remettre ça sur quelques heures ?
Bon courage en tout cas pour le semi. Transmets mes amitiés à Anne, que j'ai découverte dans l'ascenseur après son nouvel exploit du weekend ;-))

Par LePhilou, le 2008-02-20 14:08:38
Il est magnifique ce parc, çà donne envie d'y aller !
et la dernière photo prise par Krusti très expressive, manque juste un commentaire du genre : "arrf... vivement ce soir qu'on se couche !"
Bravo Fred !

Par Nicolo, le 2008-02-20 14:53:26
Ah bon, Fred, tu dois avoir raison. T'as l'air mieux informé que moi. J'ai beau y courir 3 fois par semaine, j'ai l'impression qu'il était ouvert il y a peu.

Par Fred, le 2008-02-20 16:45:52
Krusti, je te présente toutes mes confuses les plus plates, j'ai modifié la légende.
Fred

Par Fred, le 2008-02-20 16:47:55
Cator Junior, je vais dire à Anne qu'elle était dans l'ascenseur de la tour Eiffel avec un castor, elle ne me croira pas. Quelques heures sur quelques petites boucles ? Quand je serai plus grand peut-être, mais là ça ne m'inspire pas.
Fred

Par Fred, le 2008-02-20 16:49:25
Philou, oui c'est le plus grand parc de Paris, le plus varié aussi, on y fait forcément de la qualité et tous ceux qui y courent progressent.
Fred

Par gavroche, le 2008-02-20 17:30:44
je serai bien venue mais j'étais partie en province,j'ai d'ailleurs recouru cet aprem pour la premiere fois depuis noel, le bras bouge pas trop mais ça va.course plus marche, les marques roses sont toujours là.

Par Fred, le 2008-02-20 18:36:21
J'y ai couru cet après-midi, deux grands tours puis des séries en pyramide autour du lac.
Fred

Par Krusti, le 2008-02-20 19:49:26

Bien joué,sinon je les passais toutes sous licence ragondins.

Par Fred, le 2008-02-20 20:33:45
Oui Nicolo, je te confirme que le pont est suspendu depuis quelques années.
Fred

Par jibé, le 2008-02-20 21:00:08
Salut Fred ! merci pour ce chouette CR
a+

Par Enzo, le 2008-02-20 21:43:29
'vache t'y venais déjà y'a 40 ans ????

Sinon sur ce parcours au combien, et t'es très placé pour le savoir, difficile c'est tout de même une belle perf', et ce sans travail spécifique ...

Un gros M. pour le '15' sur marathon, tout le mal que je te souhaite ...

Par mielou, le 2008-02-21 08:52:50
tss tss
tu pars beaucoup trop vite fred !
sourire
-oui, chef !

joli score sur parcours pas si évident
bonne prépa

Par Fred, le 2008-02-21 18:19:50
Mielou : Sir yes Sir ! Oui c'est vrai, même sur marathon ça m'est arrivé mais le 6 avril je serai raisonnable, promis.
Fred

Par Cécile, le 2008-02-21 19:45:27
Avec un peu de retard, d'autres photos de la Course de la St Valentin à l'adresse suivante :

http://picasaweb.google.fr/cecile1163/CourseStValentin2008

Fred, je t'envoie quelques fichiers originaux.
Amicalement,
Cécile

Par Martine, le 2008-02-21 20:37:58
C'est drôle, je discutais avec une cliente aujourd'hui et me dit qu'elle avait fait les 6km de la St Valentin et avait terminé 2eme en couple filles. Elle était super heureuse avec son gain de 1OO euros.
Bouhhhhh, ça me donne envie tout ça mais bon, on verra ça plus tard....
Bises
Martine

Par Fred, le 2008-02-22 07:56:01
Merci Cécile !
Fred

Par BILTO, le 2008-02-22 12:50:23
8 - 73 - 70 et les 2 autres pour mon quinté +???

Par José COVES, le 2008-02-22 13:49:10
Le 73 est non partant.

Par BILTO, le 2008-02-22 14:22:04
Exact merci du tyuau on le voit sur la ligne puis plus en course. aller 8-70-28-27 c'ests mon dernier mot JEAN-PIERRE

Par , le 2008-02-22 14:41:29
http://www.fruitymag.com/premiership-2005/id%C3%A9e-s%C3%BBret%C3%A9-s25381.htm

Par Pierette BRES, le 2008-02-22 20:02:16
Ainsi Garcy More du Meslay, pourtant sur terrain gras et à la corde n'est pas dans vos pronostics ?
C'est à désespérer de la presse qui pique.

Par Parisi, le 2008-02-23 17:45:19
Salut FRED !!

J'ai bien pensé à vous mais je n'ai pas pu venir vous encourager .
Dommage !!!

Merci pour le reportage et les photos !!!

Parisi

Par Calou, le 2008-02-27 03:39:14
En fait, l'ordre officiel des quatre premiers est le suivant :

1er - Mathieu GIRARD - Dossard 8 (petit par la taille, grand par le talent, taillé pour aller vite, et qui court le semi en 1h17' je crois...)

2ème - Samir KADEM - Dossard 300 (le grand en rouge, sympa, avec qui j'ai aussi un peu discuté pendant la course... On a fait presque toute la course ensemble mais il m'a laissé sur place dans la dernière partie de la dernière côte du dernier tour : rien à faire... De toute façon, je suis en prépa marathon, donc mollo...)

3ème - Pascal FILLET - Dossard 70 (votre serviteur, premier VH1 étant donné mon grand âge...)

4ème - Sylvain DORGET - Dossard 73
(parti en tête comme une fusée, j'ai cru que je ne le rattraperai jamais ! Finalement, je le double dans le 4ème tour, je crois, mais je ne lui mets pas plus de 30 secondes au final. Sur la ligne d'arrivée, il m'a avoué être parti trop vite.)

Fred, dont je lis l'excellent blog depuis un an, doit être 6ème, ou 5ème même, vu que c'était un peu le bordel dans les premiers classements édités, sachant que des gens n'ayant couru que 4 tours ont été dans un premier temps classés comme s'ils en avaient couru 5. Après rectification (laquelle a eu lieu après la remise des prix !?!), l'ordre des 4 premiers est en définitive celui ci-dessus. Et c'est attesté, vu qu'on ne s'est quasiment pas quitté des yeux pendant les 10 km (hormis le Dossard 8 qui est environ 50' devant moi).
Le plus dur, à mon sens, fut de courir dans ce sens, vu que je m'entraîne toujours dans le sens opposé. Dans le sens où nous avons couru, j'ai l'impression de ne faire que descendre puis de me taper un gros mur à la fin. Et je ne sais pas courir en descente... Alors que dans le sens inverse aux aiguilles d'une montre, c'est psychologiquement plus régulier : une longue montée plus progressive et le mur devient une forte descente, mais plus courte...
Voilà, maintenant, objectif Semi de Paris, dont la fin de parcours me fait un peu peur...
Pascal

Par Fred, le 2008-02-27 13:51:59
Salut Pascal, le premier classement publié sur place était erronné, il y avait deux coureurs intercalés n'ayant couru que quatre tours, mais il y a eu un pointage manuel, au moins sur les premiers, le classement a donc été rectifié, et en tout cas sur les dix premiers c'est bon. Je pense vraiment que je suis sixième, car j'ai bien compté les coureurs me dépassant au fil des tours, dont toi dès la fin du premier tour, je ne t'ai d'ailleurs plus jamais eu en point de mire dès la seconde montée. Quand au grand triathlète en rouge, après la petite discussion dans la descente il s'est mis à vraiment courir et là j'ai failli m'enrhumer !
C'est vrai que lorsque je regarde les photos je me dis qu'il est sacrément pentu ce mur de Crimée, d'ailleurs tu constateras qu'une immense majorité des coureurs tourne dans le sens contraire, je pense que c'est plus facile. Fais le test un jour, tu en croiseras du monde. Et pourtant j'ai fait mes meilleurs temps dans le sens horaire, car la longue descente Manin permet de bien accélérer et comme je passe assez bien la côte ça va.
Tu vises combien au semi puis au marathon ? Tu dois bien être à 2h45 voire même moins ? Je parle du marathon hein, pas du semi !
Fred

Par Fred, le 2008-02-27 16:38:18
Ha oui le 73 est parti comme un fou, je me suis dit " Il est soit très fort, soit plus allumé que moi... ".
Fred

Par Calou, le 2008-02-28 17:55:32
Je préfère vraiment le sens anti-horaire. Je trouve ça plus naturel et mieux équilibré... Peut-être la force de l'habitude...
Je ne sais pas combien je fait dans le sens horaire, mais dans mon sens fétiche, j'en suis à environ 8'15'' et je vise 8'00''.
Sur marathon, je vise 2h50' (j'ai fait 2h56'' à celui de Sénart 2007).
Pascal

Par Fred, le 2008-02-28 20:20:19
Ha oui rapide. Par contre avec ton temps de 37' sur ce circuit difficile je pense que tu peux courir bien en dessous de 2h50 (c'est mon meilleur temps marathon), je vise 2h48 le 6 avril.
Bonne préparation, je serai souvent aux Buttes-Chaumont les semaines qui viennent.
Fred

Par Calou, le 2008-02-28 22:08:51
J'y serai aussi assez souvent... Quand au tour des buttes que j'évoque, il s'agit d'un tour légèrement différent de celui de la course de la St Valentin. En fait, mon tour "référence" reprend, dans l'autre sens, le parcours de la St Valentin additionné de la portion au delà du pavillon Weber. Dans le sens où je tourne, ça me fait monter tout en haut vers la sortie du parc au croisement de Crimée et Botzaris et redescendre "le mur de Crimée" dans sa plus grande longueur.
Selon mes mesures sur Google Maps Pedometer, ça fait 2280 m. Je cours aussi parfois sur un grand tour un poil plus long, qui est plus ou moins le même, mais en passant dessus le pont (et non pas dessous, comme pour mon tour "référence" et pour la St Valentin).
Je n'ai pas trop d'expérience sur marathon (seulement celui de Sénart l'an dernier), donc j'espère monter un peu en puissance, mais je me fais vieux (bientôt 42 ans), donc ça va être limité... Je viens du ski de fond, et la c.a.p. n'est pas mon sport premier, et, pour parfaire le tout, j'ai arrêté totalement mes activités sportives entre 1986 et novembre 2006 (quand j'ai recommencé...). Donc je ne sais pas trop où j'en suis, mais ça progresse... Faire comme Jalabert (2h45) me plairait bien, mais je dois mieux apprendre à gérer le "mur" des 37 km... et mes tendons des genoux !
Bonne prépa à toi aussi !
Pascal

Par Fred, le 2008-02-29 11:02:12
Le " vrai " grand tour de 2380 m est ici :
http://fred.courseapied.net/billet.php?idbillet=1130
Photo en bas, il consiste effectivement à passer sur le pont et à emprunter toute la descente (ou montée) rue de Crimée.
Il m'est arrivé de tourner en 9' dans le sens montée Crimée en allant très vite dans la longue descente côté rue Manin.
Pour le marathon je pense que tu as un potentiel vers 2h48, voire moins, cela dit si tu découvres la distance il faut relativiser, mais même à 42 ans tu as une bonne marge de progression je pense, j'ai couru mon marathon le plus rapide à 40 ans.
Courras-tu le semi de Paris ? Je serai au départ, dossard 818.
Fred
fpoirier@hotmail.com

Par Calou, le 2008-03-01 22:06:39
Oui, j'aurai le 2015 (n'ayant pas pu produire de chrono référence inférieur à 2h22, puisque ce sera mon premier semi "officiel" dimanche..., je serai donc dans le sas "moins de 1h35". J'espère que ça ne sera pas trop la galère au départ...)
Bonne course donc !

Par Fred, le 2008-03-04 22:20:40
Alors ce semi ?
Fred

Par Fred, le 2008-03-04 22:24:50
Je t'ai trouvé, super chrono, à l'aise le marathon en 2h48 pour toi.
Je regarde dans les photos si tu n'y es pas, je n'ai pas tout mis en ligne sur mes deux blogs du semi.
Fred

Par Fred, le 2008-03-04 22:39:03
Sachant que tu étais parti derrière moi je me demandais quand tu m'avais dépassé.Jj'ai la réponse, tu es à côté de moi au 6e km après Nation, Baltha a pris deux photos de toi. Envoie moi un mail si tu veux :
fpoirier@hotmail.com
Fred

Par Calou, le 2008-03-06 17:32:38
Désolé pour le délai de réponse, mais je ne me connecte à internet qu'aujourd'hui...
Effectivement, je ne pensais pas faire 1h18'35'' en temps réel, et j'ai donc été surpris de rentrer (tout juste !) dans le Top100 Hommes. N'ayant eu qu'un sas en - de 1h35, on perd un peu de temps au départ, et donc on a tendance à vouloir en regagner trop vite. J'ai fait mon premier km en 4'11'', puis je me suis calé en 3'35'' / 3'40'' pendant 5 ou 6 km, puis j'ai finalement adopté ma vitesse de croisière en 3'45'' une fois que j'ai vu que j'avais rattrapé mon retard au premier tiers de la course.
En revanche, je m'étais entorsé légèrement la cheville droite la semaine d'avant, avec pour conséquence quelques douleurs au genou droit, donc j'ai un peu flippé toute la course, mais ça a été OK.
Le seul truc un peu hard, c'est le vent, et cette impression d'être un cycliste en échappée dès que je tentais de déborder des grappes de coureurs sur le boulevard St Antoine. Alors je me rabattais bien à l'abri, dès le dépassement fait.

Par mama29292, le 2010-01-29 20:04:24
genial la course

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Le départ dans la partie haute du parc.


Environ 250 m de plat



Puis ça commence à descendre.


L’épingle Wilfried.



Passage sous le pont.



Un peu de plat, en légère montée même.


La longue descente.


Tout en courbes.



Passage devant le pont suspendu fermé depuis des années.
En contrebas, le lac.



Fin de la descente, environ 1 km de course.
Et enfin du plat.


Devant la mairie du XIXe.


Et ça remonte déjà.


D'abord légèrement.



Puis plus franchement après le pont de la petite ceinture.


Vu dans le sens de la descente, ça " tape " quand on court vite.


Le mur.


Bifurcation à droite vers le pavillon Weber.
Environ 8 % de pente ici.


Après un léger répit ça monte toujours.


Enfin du plat à la fin de la boucle de 2050 m qui continue à gauche, l’arrivée étant à droite en légère descente.


Le Sacré-Coeur vu depuis le haut du parc.


Préparatifs.
Je suis gelé : manches longues, gants et bonnet.


Batucada féminine.


A vos marques.
Le futur vainqueur, dossard 8 ; dossard 73 le second ; en rouge le grand triathlète troisième ; le quatrième et premier V1 dossard 70.



Prêts ?


Partez !



C'est parti.


Très vite.





Premier tour.
Photo Pépita.



L'épingle au second tour (photo pas Krusti).



A l'approche de l'épingle, troisième tour.
Photo Krusti.


A la fin de la longue montée.


Arrivée.


Sprint final.
38'30".


Les 5 billets précédents

2008-02-10 20:24:47 : Samedi 9 février 2008. Les 5 et 10 kilomètres de Malakoff. - 100 photos - 75 réactions

En route pour Malakoff (Hauts de Seine) samedi 9 février dans l'après-midi, avec deux courses au programme : 5 et 10 km.

Ces photos sont mises à disposition sous contrat
Creative Commons :


http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Fichiers haute résolution envoyés gracieusement sur simple demande :
fpoirier@hotmail.com

Mon nettoyeur automatique veille, les réactions hors sujet seront systématiquement supprimées :

http://fred.courseapied.net/photos/4413-2437-CombiW.jpg

Fred

2008-02-03 20:25:02 : Dimanche 3 février 2008. Photos des 10 km de Vincennes. - 33 photos - 34 réactions

Voici quelques images des 10 km de Vincennes prises au 6e puis au 8e km (j'ai coupé) à l'issue de mon entraînement matinal qui marquait le début de ma préparation pour le marathon de Paris.

Un reportage d'environ huit minutes sur ces athlètes Kenyans qui s'entraînent dans des conditions très particulières actuellement :

http://videos.tf1.fr/video/emissions/septahuit/0,,3702383,00-tf1-video-sept-huit-course-contre-mort-.html

Fred

2008-01-19 19:41:29 : Samedi 19 janvier 2008. A vos marques… - 11 photos - 37 réactions

A vos marques…
Prêts ?
Courez !


Pour ceux qui courent au bois de Vincennes, la semaine dernière j'ai refait le marquage hectométrique sur la piste cyclable (3140 m), sur le trottoir de droite dans le sens de circulation des vélos, avec le point zéro placé au carrefour de la pyramide.

Cet après-midi je suis allé marquer la lonnnnnnngue ligne droite de la route Dauphine (avec le faux plat montant) dans le sens inverse des cyclistes, donc dans notre sens de course sur notre parcours, 1350 m sur la partie bitumée, repères orange sur le trottoir côté droit.

Le marquage de l'avenue des Minimes (peu après le 13e km du marathon de Paris) a été fait il y a quelques semaines, repères hectométriques sur 500 m sur une portion de cette avenue éclairée la nuit et désormais sans voitures après sa fermeture suite à la tempête de fin décembre 1999.

Et le marquage hectométrique du lac des Buttes-Chaumont (625 m) permet aussi de courir des séries avec des repères précis. Baltha me faisait justement remarquer que certains sont peu visibles la nuit, va falloir déplacer des lampadaires !
Dédicace spécialement pour Brinouille au point zéro…
Il ne me reste plus qu'à faire le marquage du grand tour des Buttes-Chaumont, je vais racheter de la peinture.

Fred

2007-12-18 11:29:47 : Corrida d'Issy les Moulineaux, dimanche 16 décembre 2007. - 38 photos - 36 réactions

Voici quelques photos de la course de 6 km de la corrida d'Issy, courue sous un ciel bleu et par un froid vif.

Fred

2007-11-28 14:20:31 : Dimanche 25 novembre 2007. Marathon de la Rochelle. - 55 photos - 62 réactions

Dimanche 11 novembre 2007. Bois de Vincennes.
Après 2h30 de course c'est la fin de la très longue sortie deux semaines avant le marathon de La Rochelle.
Yannnnn est bien content d'en avoir terminé avec l'essentiel de sa préparation, lui qui avait dû l'interrompre prématurément un soir d'octobre 2006 après un entraînement sur la piste du stade Pershing, terrassé par des douleurs lombaires tenaces et une périostite sournoise.
Quant à Martine elle parfaitement bien supporté la charge d'entraînement avec quatre sorties hebdomadaires, malgré un emploi du temps très rempli et de longues journées de travail.
La dernière semaine est allégée, pour moi elle sera marquée par des trajets à vélo pour pallier la grève de la RATP, la multiplication des départs-arrêts-démarrages-freinages-changements de rythme me laisse présager d'une fin de marathon douloureuse pour mes jambes, d'autant que j'ai peu couru, accompagnant deux ou trois fois par semaine Martine dans sa préparation, puis Yannnn lors de ses 4 dernières sorties. A mon avis je vais le sentir après 3h30 de course.

Samedi 24 novembre 2007. Le temps est magnifique sur le vieux-port de La Rochelle.
Le soleil brille généreusement mais le vent du nord-est souffle assez fort. La météo marine semble formelle : une perturbation arrive et il va pleuvoir dans les heures qui suivent. Avant, pendant ou après le marathon ?
La récupération du dossard est un peu laborieuse, Martine n'ayant pas son carton de retrait on lui dit assez abruptement " Revenez ce soir après 20 heures lorsqu'il n'y aura personne ". Il est 12h45 et il n'y a personne… Me voici obligé de négocier sérieusement pendant 20 minutes avec le directeur de l'organisation en personne dont je n'ai pas véritablement compris la totalité des arguments.
Nous déjeunons ensuite au soleil puis Yannnnnn arrive, nous allons faire un tour vers la zone d'arrivée et ses pavés avant la sieste.
Le soir nous nous retrouvons dans un restaurant à l'écart du vieux-port pour faire comme quelques milliers de coureurs ce soir là dans la ville : manger des pâtes.
Les imprévoyants n'ayant pas réservé errent à la recherche d'une table, ils sont parfois par groupes de cinq ou plus.

Dimanche 25 novembre. Marathon.
La nuit a été paisible et lorsque le réveil sonne à 6 heures je devine qu'il pleut. Pas une grosse pluie non, mais un crachin bien établi. Je courrai donc en manches longues + corsaire.
Le petit déjeuner est rapidement avalé puis nous nous préparons. Il fait à peine jour lorsque nous retrouvons Rodie qui va participer à son premier marathon, Kemalic est également là, Jog souffrant de sa sciatique il a profité de son dossard.
8h40, il est temps de rejoindre la zone de départ. J'accompagne Martine vers le quai Prunier où nous patientons quelques minutes sous une pluie fine mais persistante.

Larguons les amarres.
Neuf heures, c'est parti. La relative étroitesse du quai Duperré permet de ralentir le flot de coureurs et de ne pas partir trop vite. Le 1er kilomètre est passé en 5'40". Sur une zone pavée et bordée de bornes deux coureurs chutent lourdement, je redouble de vigilance. Je suis chargé en ce début de course, j'ai ma ceinture porte-bidon avec une bouteille d'eau de 50 cl remplie, les gels de Martine, mon téléphone mobile et l'appareil compact de Baltha. Comme la course durera plus longtemps que ce que j'ai l'habitude de courir j'ai emporté trois berlingots de compote, seule nourriture que je sais pouvoir absorber en courant. Nous arrivons sur la large avenue du mail qui monte le long du casino. Un peu plus loin nous descendons en bord de mer et après le troisième kilomètre c'est la jonction avec le départ hommes seniors et V1 partis du quai Maubec. Compte-tenu de la configuration de la ville et pour permettre un meilleure fluidité, les départs se font en deux zones avec une jonction vers 3200 mètres de course. Et soudain la densité de coureurs est multipliée par deux. Après la foule de spectateurs nous arrivons dans un secteur désert et assez ingrat s'étirant sur plusieurs kilomètres car le parcours a été modifié pour éviter la " côte des pompiers ". Nous montons certes mais sur un faux-plat quasiment insensible. Martine court à mes côtés comme à l'entraînement. C'est à dire avec beaucoup d'aisance.

Après son abandon à Paris en avril dernier, l'objectif prioritaire de Martine est de terminer ce marathon, idéalement en moins de 3h52 pour faire mieux qu'à Paris en 2006 pour son premier marathon. Je vais donner le rythme pour viser un peu moins de 3h48, ce dont elle est tout à fait capable, si elle coince un peu nous aurons une petite marge pour 3h50. Je ne lui ai pas reparlé de l'objectif sinon elle va être stressée… Ça bouscule sévèrement au ravitaillement du 5e kilomètre, bien que je ne sois pas concerné je subis les à-coups. Martine est devant et je chute sur deux coureurs tombés à terre que je ne peux éviter. Je passe finalement derrière les tables, les bénévoles ont été pris de court et ils n'ont pas préparé assez de gobelets. Je rejoins rapidement Martine puis j'appelle Ouille qui court en compagnie de Yannnnn. Il sont à plus de 800 mètres derrière nous, ils vont courir à leur rythme qui devrait sensiblement être le nôtre, ils ne nous rejoindrons probablement pas, ou alors dans une bonne trentaine de kilomètres.

Métronome : moderato.
Les kilomètres défilent avec une belle régularité, nous sommes repassés dans le centre en évitant au premier tour le parc Charruyer et son tunnel à la sortie casse-pattes. Je réveille Baltha au bout d'une heure de course, nous sommes au 11e kilomètre. Il pleut depuis le départ, pas très fort, plutôt l'impression d'évoluer sous un brumisateur géant, le vent est parfois gênant alors je me décale devant Martine lorsqu'il est défavorable. Cette météo lui convient parfaitement. Un coureur nous tapote sur l'épaule "Salut Raztaboule !". Je ne savais même pas qu'il courait, il s'est décidé il y a quelques jours. Il est légèrement plus rapide que nous et il s'éloigne. Malgré la pluie persistante il y a foule sur le quai Valin, puis c'est à nouveau un secteur un peu ingrat après le 15e km et l'aquarium, où Martine me fait remarquer que c'est assez monotone.

Après trois participations consécutives où j'ai couru en performance je découvre la course et le parcours différemment, je trouve parfois que c'est long. Je suis un peu en avance sur l'objectif, mais Martine est tellement bien dans le rythme que je continue à la même allure. La frappeur de bidon et le violoniste sont fidèles au poste, toujours au même endroit. Retour vers le port et sa foule enthousiaste pour le passage du semi, nous croisons la tête de course, un Kenyan suivi du Français Loïc Letellier pas loin derrière. J'aperçois GGBI et James de l'organisation du marathon du Futuroscope. Le semi-marathon est passé en un peu moins de 1h52, puis Martine effectue un arrêt technique de près d'une minute avant de repartir pour un second tour. A nouveau la montée du mail, la densité de coureurs diminue, on voit les premiers marcheurs. Si Martine ne lâche rien ce sera 3h46, à mon avis ce sera un peu plus, je pense que les 3h48 sont possibles. Elle boit régulièrement et prend ses gels.

J'ai appelé Ouille, ils sont près de 2 kilomètres derrière nous et tout va bien pour Yannnnn. Après deux brèves accalmies la pluie a totalement cessé et le soleil perce par moments. Hormis ce vent parfois gênant les conditions météo sont bonnes pour courir. Nouveau secteur ingrat du côté des pompiers, passage dans le parc cette fois-ci puis le petit tunnel et la côte de sortie, et à nouveau la relative solitude du côté des terrains militaires du Champs de mars. Le 30e km situé dans la descente avant le parc a été passé en un peu plus de 2h40. Après le passage sur le quai Valin où nous croisons les coureurs qui en terminent en 3h07 environ, nous passons le 35e km en un peu plus de 3h09. Depuis quelques minutes l'allure de Martine a changé, elle respire bruyamment et sa foulée est moins fluide. Vers le 33e km je suis entré dans un bar pour remplir la bouteille, manifestement je dérangeai la partie de fléchettes. " Désolé m'sieurs dames ! ". Il y a de plus en plus de marcheurs et d'allures saccadées, le mur du 32e-35e km a fait des dégâts.
Martine effectue quelques courtes périodes de marche avant de repartir à plus de 11 km/h, j'essaye de trouver un rythme intermédiaire régulier vers 10,5 km/h mais ça n'a pas l'air de lui convenir, elle court par à coups. Ouille me donne des nouvelles de Yannnnn, il a ralenti mais il est régulier vers 10 km/h. Nous rattrapons Raztaboule qui marche d'un bon pas, je tente de le relancer mais rien à faire. Il a couru le marathon de Parthenay en 3h43 il y a un mois ! Autour de nous c'est la désolation, les allures sont parfois cahotiques. Martine a du mal, en plus elle me dit " C'est moche ici, c'est long ". Allez, débranche le cerveau, ferme les yeux, avance.

Le mur de l'Atlantique.
Nous approchons les 3h30 de course, c'est cuit pour 3h48 désormais. Je repense à ma fin de course douloureuse en 2006 où j'avais sévèrement coincé dans ce secteur des Minimes, totalement seul. On est toujours seul sur une fin de marathon. " Allez Martine, les 3h50 sont accessibles, il reste à peine 3 kilomètres ". Nous sommes à la Ville en bois, juste avant les chantiers navals. De l'autre côté du port, à 300 mètres à peine on voit l'arrivée, mais il reste bien plus de 3 kilomètres en fait. Alors je me place devant elle et j'avance en essayant de deviner son allure, et ça repart, puis ça ralentit, ainsi de suite, hectomètre après hectomètre. Vers le 36e km je me suis arrêté pour un besoin pressant, j'avais presque honte de repartir à 16 km/h parmi les coureurs dont certains avaient peine à marcher. Table de ravitaillement du 40e km.
" Marche si tu veux mais ne t'arrête pas. C'est bon pour 3h50, allez il reste 2200 mètres ".

Emportée par la houle.
Les pavés du Gabut, la foule qui hurle sur le port, je suis derrière pour pousser, devant pour tirer, à côté pour épauler, mais que c'est dur pour Martine, que puis-je faire ? Rien d'autre que courir, en terminer au plus vite, je devine les jambes douloureuses et l'envie d'arrêter pour ne plus avoir mal, j'ai connu ça lors des 100 km du Morvan.
Voici l'arche du dernier kilomètre, le phare à droite, le quai Duperré. Au passage devant le podium d'animation je fais de grands signes au speaker en désignant Martine. Il crie dans son micro " Et c'est une coureuse V2 qui arrive, Martine, en moins de 3h50, on l'encourage, allez Maaaaaaartine ! ".

L'âme de fond.
Voici comment on grignote 200 mètres avant de virer à gauche. Là bas à 150 mètres, c'est la tour de la Chaîne. " Non tu ne marches plus, allez ". C'est reparti, je pousse à nouveau, voici les pavés, le 42e km, le virage à droite après la tour, le tapis bleu, l'arrivée. Martine a été au bout de ses possibilités, je l'emmène à droite vers une chaise puis à l'intérieur d'une tente pour ne pas prendre froid. Une dizaine de minutes après elle a totalement récupéré, nous sortons de la zone d'arrivée alors que Yannnnnn vient d'en terminer en 4h01 avec des jambes douloureuses à partir du 25e km. Nous voici avec nos bourriches d'huîtres marchant vers l'hôtel, il ne faut pas traîner car le TGV est à 14h45.

Gare de La Rochelle. Retour vers notre port d'attache.
Yannnnn arrive, puis Ouille. Il faut emprunter le passage souterrain pour rejoindre notre train.
Ouille est encore derrière nous même dans le TGV, Yannnnnn est dans une autre voiture, la rame est remplie de voyageurs à la démarche parfois raide.
Le coureur Russe qui cherchait un dossard le samedi et à qui on avait répondu " Niet " est debout à l'entrée de la voiture, manifestement il n'a pas de billet non plus.
Martine regarde un DVD, le TGV est arrêté en rase campagne. Je repense à la course. Peut-être suis-je allé un peu vite à partir du 8e km jusque vers le 28e ? Peut-être aurais-je dû rester exactement à la vitesse pour terminer en 3h48 ? Martine avait l'air tellement facile, passant souvent devant moi que j'ai pensé que je pouvais être un peu ambitieux. Sa fin de course aurait-elle été moins difficile, et le temps final légèrement inférieur ? Pour le savoir nous y retournerons dimanche prochain…
Plus tard, dégustation d'huîtres en compagnie de Yannnnn, Ouille, Duduche, Baltha et Chrystel.
Je sais que nous courrons à nouveau un autre marathon ensemble, avec peut-être une gestion de course différente en visant d'emblée le negative split ? Pas facile à réaliser tout ça, c'est un difficile équilibre à trouver pour ne pas coincer trop tôt dans la course.
En tout cas le prochain marathon pour moi sera à Paris le 6 avril, je vais m'y préparer dès janvier.

Bravo à Yannnnn pour son premier marathon, bien soutenu par Ouille qui m'a régulièrement appelé pour m'informer de la progression. A Rodie également mais que nous n'avons pas revu après la course.
Merci à Baltha et Brinouille pour les messages et les appels pendant la course, et désolé Baltha pour mon appel matinal, il me semble que tu avais la voix un peu endormie !

Fred

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net