La course à pied Les blogs courseapied.net : fred

Le blog de fred

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-09-06 19:33:51 : Meeting Décanation 2008, samedi 6 septembre 2008

Nouvelle édition du meeting Décanation ce samedi au stade Charléty :

http://www.athle.com/asp.net/main.html/html.aspx?htmlid=3185

En attendant l'intégralité du reportage dans mon album Picasa, voici une sélection de vingt photos.

Finalement les conditions de lumière étaient bonnes, c'est quand même mieux que le soir au stade de France.

Pour répondre à une demande précédente : Nikon D70, optique Nikkor 180 mm f/2.8 et zoom 70-200 f/2.8
Iso 400 cet après-midi (au stade de France c'était 1600), mode priorité vitesse.

Fred

Les réactions

Par Martine, le 2008-09-06 20:38:07
Très belles photos.
Mais j'ai vraiment du mal avec la morphologie des coureuses de 100m.
Bises
Martine

Par courreuse de 100 m, le 2008-09-06 20:49:16
quoi quesctt ce qu'elle a ma morphologie??

Par yannnn, le 2008-09-06 21:25:31
mieux qu'a la TV : merci Fred!

Par le candide, le 2008-09-08 09:31:27
salut Fred ! superbes photos, comme d'hab. des news du Fonz' ? A+

Par Montaigne, le 2008-09-08 16:13:06
Priorité vitesse... bien sûr.
Un revêtement superbe, normal, ils sont si peu à effleurer le sol.
Beau reportage qui fait de la plupart d'entre nous des scaphandriers aux semelles de plomb.

Par Fred, le 2008-09-10 22:24:32
Salut le Candide, pas eu de nouvelles du Fonz' depuis un mois environ. Ct1kiétan non ?
Ta D nouvL 2 Kev1n ? GT 13 OQP C ten 6 jeu sui o couran 2 Ri 1.
Fred

Par Jessifer, le 2008-09-12 09:40:46
moi g ri1 compri a ski été écri o dsu
mais j'voulais juste dire que Kev1n, c mon keum et on va bientot quitter Paris (& même la France), ensemble. on va aller s'installer à l'autre bout du monde, du coté de Joinville le pont. biz'

Par slupy, le 2008-09-17 14:00:55
ehfjjA gki8Tvqq3PngJ02lH

Par SAM, le 2008-09-23 10:48:40
Superbs photos vraiemnt!

Par Vcdalmot, le 2008-09-27 15:22:14
Thanks funny site

Par Fkulwcie, le 2008-09-27 18:33:27
I'm happy very good site

Par Bilgooyo, le 2008-09-27 21:38:55
i'm fine good work

Par Xfbjpqzv, le 2008-09-28 00:39:53
Jonny was here

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


3000 m seteeple



Dur le 3000 m steeple pour une spécialiste du 1500 m.
Christine Bardelle en 10'34".


Samuel Coco Viloin au premier plan, 110 m haies.


Tout en souplesse.
Samuel Coco Viloin touche du bois.


Belle plante de pied.


Un Américain à Paris.


100 mètres haies.





Quelle coupe !


Saut en longueur, Salim Sdiri, 7,83 m.


Médaillé d'argent au Jeux Olympiques à Pékin sur 3000 m steeple, Mahiedine MEKHISSI-BENABBAD.


3000 m steeple.


Course pas facile, où il faut sauter par dessus le monsieur à casquette, hop, hop.


Vainqueur en 8'53".


Cent mètres.


Teddy Venel sur 400 m.


Teddy Venel troisième en 46'58"


Les 5 billets précédents

2008-08-01 18:40:04 : La France en courant, 1er août 2008 - 10 photos - 27 réactions

Pas réellement un tour de la France, mais un tour en France assurément.
Des équipes de huit coureurs, des relais à la carte mais généralement constitués de portions courtes (1 à 3 km) entrecoupées de phases de repos tout aussi courtes.
Des étapes ressemblant plutôt à un bivouac, des départs nocturnes à 3 ou 4 heures du matin.
Et cette année un généreux soleil pour accompagner les coureurs.

Quatorze jours de course consécutifs sur un parcours partant cette année du Massif Central pour se terminer en Normandie.
En passant par les Cévennes, les rivages Méditerranéens, les Alpes, le Jura, la Franche-Comté, la Lorraine, la Champagne et la Picardie.

L'avant-dernière étape passant en Picardie ce matin, je suis donc allé voir les coureurs du côté de Pierrefonds, Compiègne et St-Just-en-Chaussée.
Barbie y participe avec l'équipe de
" La ligue contre le cancer de l'Hérault ".

L'intégralité des images est en ligne ici :
http://picasaweb.google.com/marathonnerre/LaFranceEnCourant

Conditions d'utilisation :
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

La course :
http://www.lafranceencourant.org

Fred

En créant ce billet j'ignorais que des pseudos mousquetaires, des cardinaux pointilleux et que sais-je encore viendraient polémiquer et faire allusion à des situations incompréhensibles des lecteurs et de moi même.
Donc poubelle, et allez faire ça ailleurs...

2008-07-19 14:31:27 : Meeting Golden League, stade de France, vendredi 18 juillet 2008 - 19 photos - 24 réactions

Une sélection d'images, avec des fortunes diverses pour les athlètes Français.
Bien pour Ladji Doucouré et Elodie Guégan qui pulvérise son record sur 800 m et se qualifie pour Pékin.
Leslie Djhone un peu à la peine sur 400 m, et pas un seul saut réussi pour le perchiste Romain Mesnil.

L'intégralité des photos est ici :

http://picasaweb.google.com/marathonnerre/MeetingGoldenLeagueParis2008

Les résultats sont là :

http://www.meetinggazdefrance.com/fr/meeting_2008/resultats2008.html?file=fr

2008-06-20 15:17:47 : Don de soi, un geste simple. - 5 photos - 16 réactions

'

Don d'un peu de soi, don de sang, un geste simple.

Il s'agit ici du don de plaquettes, qui, au contraire du sang qui peut se conserver, ont une durée de vie limitée à cinq jours.
Les plaquettes sont indispensables à la coagulation, et les dons de plaquettes servent au malades atteints de maladies hématologiques et de cancers, les traitements type chimiothérapie étant très toxiques pour ces cellules issues de la moelle.
Les besoins sont donc permanents car on ne peut pas constituer de réserves, et la demande est en flux tendu.

Le don de plaquettes prend environ trois heures, une machine pompe la quantité nécessaire, une centrifugeuse sépare les globules, le palsma et les plaquettes.
A intervalles réguliers la machine réinjecte au donneur ses globules et son plasma, si bien qu'au final seules des plaquettes manquent mais elles sont très rapidement reconstituées.

C'est totalement indolore, sans effet secondaire car on ne perd pas de sang, on doit juste s'abstenir d'activité sportive durant 24 heures.
Finalement un petit geste simple au service des malades, mais ô combien indispensable.

Plus d'information ici :

http://www.dondusang.net/rewrite/site/3/.htm?idRubrique=6

http://www.laurettefugain.org/

Allez-y bon sang !

Fred

2008-05-05 13:13:37 : Samedi 3 mai 2008. 100 km et marathon de Chavagnes. - 56 photos - 42 réactions

.

Samedi 3 mai, 5 heures du matin.
Pierrot s'élance pour les 100 km de Chavagnes, course à laquelle il aurait dû participer l'année dernière, avant de renoncer à moins d'une semaine de l'échéance à cause d'ennuis de santé.
Et cette année, Ouille a dû déclarer forfait, terrassé par un ménisque récalcitrant une dizaine de jours avant.
Pierrot sera accompagné à vélo par Duduche et son vélo bien garni, déjà aux côté d'Ouille en 2007, ainsi que par Jean-Luc qui m'avait suivi sur la dernière boucle des 100 km du Morvan en juillet 2006.
Nico, Baltha et Pépito sont également venus pour encourager.

Samedi 3 mai, 7 heures du matin.
Les deux premiers coureurs des 100 km ont terminé vers 6h45 le premier de leur quatre tours à une moyenne de 15 km/h.
Brinouille est sur la ligne de départ de son second marathon, avec un objectif de 3 heures 38 minutes. Je l'accompagnerai tout au long de la course, avec dans ma ceinture une bouteille et des gels.
Le départ est en descente, Brinouille file comme une affamée, il me faut à plusieurs reprises tirer sur la laisse puis froncer les sourcils pour la retenir, 5'10" au km, pas plus vite. Elle a repéré deux coureuses devant, une autre avec un temps de référence vers 3h02 est inaccessible.
Il m'en faut de la persuasion pour dissuader Brinouille de suivre une coureuse, qui, néomarathonienne, part un peu au jugé sur cette distance. Soit elle est meilleure que Brinouille et il n'y a rien à faire, soit elle va dans le mur et inutile de l'y accompagner.
Vers le 3e km, Alexandra Rousset, la seconde coureuse des 100 km nous dépasse à envion 13 km/h (nous sommes vers 11,8 km/h), elle en est à environ 26 km de course.
Vers le 5e km passé en 25'05" soit 45 secondes trop vite le rythme est enfin stabilisé, la file des coureurs s'étire, nous ne sommes pas gênés par la foule.
Le soleil commence à monter, il va faire chaud. Passage sur un chemin en forêt, puis contrairement aux coureurs des 100 km nous coupons à droite, notre première boucle ne mesure que 16 km. Un peu plus loin nous retrouvons le parcours des 100 km et les deux leaders, Régis Lacombe et Antoine Amiot nous dépassent à 15 km/h, nous sommes vers le 13e km (un peu plus de 1h05) et eux ont déjà couvert 45 km. Régis Lacombe passera seul en tête au 50e km en 3h19.

Parcours sans bornes
Les 5 premiers kilomètres étaient indiqués, ensuite nous n'aurons d'indication kilométrique que tous les 5 kilomètres. Malgré cette absence de repères je suis régulier sur l'allure voulue, avec un peu d'avance liée au départ rapide nous sommes sur la base de 3h37 au marathon.
A chaque ravitaillement je m'arrête pour remplir ma bouteille de 75 cl puis je cavale pour rattraper Brinouille.
La coureuse en 4e position (je la compte 3e tout au long de la course, n'ayant pas vu partir une autre coureuse devant) est à moins de 2 minutes, au gré des virages nous la voyons parfois.
Passage au 15e km en 1h16 toujours sur la base de 3H36 / 3h37.
Nous terminons notre tour pour repasser sur le début du parcours, et cette fois nous courrons l'intégralité de la boucle des 100 km. Quelques coureurs rapides nous ont encore dépassé, dont Eric Legat en quatrième position, et futur vainqueur, puis Benoît Laval, le créateur de RaidLight. Mais globalement nous sommes bien seuls.

Ici l'ombre.
Nous arrivons dans la forêt et son ombre bienfaitrice, il fait chaud, je pense aux coureurs des 100 km qui vont passer l'après-midi sous le soleil, ça va être difficile pour eux.
Le parcours du marathon n'est pas très facile finalement, avec beaucoup de virages, des ruptures de rythme causées par des faux plats tour à tour favorables puis défavoables, et un vent tiède de sud-est parfois gênant.
Par contre c'est globalement très joli, entre bocage et forêt.
Brinouille boit régulièrement et prend ses gels également sans s'arrêter, elle se sert dans la poche de ma ceinture.
Nous passons le semi en 1h48, soit 3h36 à la fin, il y a eu quelques légères accélérations pas faciles à vérifier en l'absence de repères kilométriques. J'ai attaché mon Forerunner 201 à ma ceinture, il est précis sur la distance moyenne (15,03 km au 15e km et 42,35 à l'arrivée), mais l'affichage de la vitesse instantanée est toujours aussi fluctuant, entre 10 et 14 km/h !
Le 30e km est passé en 2h34' et nous avons définitivement rejoint la coureuse partie devant, après son arrêt au ravitaillement elle est même contrainte d'accélérer pour recoller.

Rencontre
Au ravitaillement du 35e km passé en 3h et 15 secondes la coureuse qui était avec nous coince sévèrement, elle paye son départ sans doute trop rapide. Je le signale à Brinouille qui semble avoir un peu plus de mal maintenant mais qui tient bon. Il va encore y avoir un faux plat défavorable face au vent, il va falloir s'accrocher.
Régulièrement j'appelle Barbie pour lui donner des infos, j'ai également Baltha et Duduche à plusieurs reprises, Pierrot continue à son allure régulière.
D'ailleurs nous le dépassons vers le 36e km (il en est à 45 km de course, ça a l'air d'aller, nous échangeons quelques mots).
Après la petite montée sur l'autoroute vers le 37e km il y a le gros ravitaillement de la ferme Ste-Marie tenu par les Kékés du bocage. Brinouille voudrait s'arrêter, je lui conseille de marcher plutôt pour ne pas risquer de rester " plantée ". J'y effectue un long arrêt vidange et ravitaillement, puis je cavale pour rattraper Brinouille qui n'a plus la même aisance désormais. Il va falloir tenir pendant quatre kilomètres au moment où ça remonte légèrement. Elle s'octroie à nouveau deux courtes périodes de marche.

A bout de course, mais pas mûre pour le mur
Les quatre derniers kilomètres sont difficiles, avec des accélérations, des ralentissements, enfin c'est plat, ça descend même légèrement.
La zone d'arrivée se profile enfin, c'est presque terminé, ça descend même franchement !
Allez moins de 3h40, allez !
Nico, Baltha et Pepito sont là pour encourager, relayés par le speaker et Brinouille trouve les ressources pour accélérer sur les 200 derniers mètres.

Bravo Brinouille, tu es une grande !
J'ai souffert pour toi dans les quatre derniers kilomètres où je ne pouvais pas faire grand chose.

Quelques minutes après Pierrot arrive, il en est au 50e kilomètre après 5h43 de course, et il lui reste deux tours à couvrir sous une terrible fournaise...

Récupération
Brinouille part se faire masser, nous mangeons un morceau, puis c'est la cérémonie du podium, Brinouille est donc quatrième et seconde senior en 3h40'05", avec plus de huit minutes de mieux par rapport au marathon de Paris.
Nous assistons à l'arrivée du vainqueur des 100 km, Eric Legat, en 7h12, avec une fin de course incroyable, puisque le leader largement détaché, Régis Lacombe, a eu un malaise juste après le 99e km, il termine dans l'ambulance (sans gravité finalement)...

Vers 14h20 Pierrot attaque son dernier tour (encore un peu plus de 23 km à courir et déjà 9h20 de course), et je l'accompagne à vélo, avec Duduche et Jean-Luc.
La chaleur est implacable, le soleil impitoyable, Pierrot alterne marche et course, et je ne peux m'empêcher de penser aux 100 km du Morvan.
Vers le 97e km, je suggère à Pierrot qu'il peut terminer en moins de 13 heures, et il s'active pour en finir en 12h 59' 58".

Voilà c'est fini.
Brinouille et Nico vont aller passer le dimanche sur la côte Atlantique toute proche, Pierrot et Duduche rentrent dimanche matin, Baltha, Pepito, Jean-Luc et moi repartons le soir même vers Paris.

Fred

Photos ici :
http://picasaweb.google.fr/marathonnerre/100KmDeChavagnes2008

La récit de Brinouille :
http://brinouille.courseapied.net/billet.php?idbillet=4542

Les phrases du jour compilées par Baltha :

"La tête de course au 15e kilomètre en 1 heure" (Le speaker)

"Tiens je vais reprendre un peu de brioche" (Pépito, matinal)

"Non, il est écrit que tu PEUX le manger une heure avant, pas que tu DOIS" (Fred, pédagogue, à Brinouille)

"Quand je la vois, l'autre devant, ça m'énerve, je me dis que j'aurais du faire un régime" (Brinouille, une heure de course)

"On passe le semi en 1h47'58", sur des bases de 3h36 donc" (Fred, métronomique)

"J'ai plus de jambes" (Brinouille, 41,5 km)

"Je ne sais pas si c'est raisonnable que tu te colles 25 kilomètres de vélo après ton marathon. On a une journée de surf demain" (Nico, diplomate, à Brinouille)

"Coup de théâtre, abandon du candidat Régis Lacombe à 800 mètres de l'arrivée, alors qu'il comptait 20 minutes d'avance" (Le Speaker)

"Avec cette chaleur l'an dernier, je ne sais pas si j'aurais fini" (Baltha)

"On a fait dans le bronzage agricole" (Jean-Luc, en descendant de 13 heures de vélo)

"Un peu mal au genou, je vais calmer le jeu maintenant" (Pierrot, après 100 bornes et une douche)

"Tu parles, il dit ça mais jeudi il est au Bois pour tester le genou" (Duduche, en apparté, dubitatif)

"Ils m'ont arnaqué sur ma retraite, alors j'ai écrit à Julien Courbet" (Jocelyne)

"D'en avoir vu deux, ça me conforte dans l'idée de ne pas en faire, de cent kilomètres" (Pépito)

Et vu et entendu au ravitaillemnt du 80e km par l'accompagnatrice à vélo d'un coureur du club des Kékés du bocage :
- Vous n'auriez pas une bière pour mon coureur ? Là il n'en peut plus de l'eau, il voudrait tester la bière. Normalement il devrait être en forme pourtant, il a couru les 100 km de Belvès dimanche dernier, Stenwerck mercredi soir, et le marathon de Sénart jeudi matin ".

2008-04-22 18:59:54 : Dimanche 20 avril 2008. La foulée impériale. - 16 photos - 31 réactions

Samedi 19 avril, fin de matinée.

Salut c'est Baltha, finalement je ne peux pas courir le semi-marathon de Nice. Je cours demain le semi de Fontainebleau.
- Demain ? Fontainebleau ?
- Oui, c'est l'après-midi.
- D'accord, j'y cours aussi.


Je cherche en vain un plan de préparation semi en une séance, mais apparemment ça n'existe pas.
Baltha vise 1h23' pour avoir un temps de qualification pour aller au marathon de New-York sans passer par la loterie.
Je n'ai pas beaucoup couru depuis le marathon de Paris, je n'ai évidemment rien préparé pour un semi, mais 1h23' ça devrait aller.
Rx sera également au départ avec le même objectif.
Avantage des courses de l'après-midi, on n'est pas obligé de se lever à l'aube.
Inconvénient des courses de l'après-midi, elles se déroulent à l'heure de la sieste.

Il fait presque beau sur la route qui nous conduit vers Fontainebleau. Ricou nous accompagne en supporter, nous retrouvons sur place Wimm et Dame Wimm venus en voisin, et Xuxu qui courra également le semi.
Le temps agréable se maintient, nous nous inscrivons en deux minutes puis nous assistons au passage des 10 km. La portion de parcours passant en ville n'est pas plate, et il y a une partie en aller et retour. Le reste du circuit se déroule dans le parc du château de Fontainebleau, notamment le long du canal.
Je règle mon compte à rebours sur 3'55" au km, soit 1h22'45" sur semi. Après avoir déclenché mon chrono au départ, je lancerai le compte à rebours au passage au premier kilomètre en mode répétition, il sonnera toutes les 3'55" et je saurai ainsi si nous sommes en avance ou pas sur l'objectif.
Ce semi appelé " La foulée impériale " sert de support au championnat de France militaire.

Le départ est donné sur une large avenue en montée arrivant rapidement sur un chemin souple toujours en montée.
Baltha est à mes côtés et Rx environ 30 mètres derrière nous. Au passage au premier kilomèter je lance mon timer, nous y étions en 3'52".
Nous passons dans Avon, ça descend vers l'église, Baltha est rapide mais je le laisse aller à son rythme. Après un virage serré à gauche nous revenons dans l'enceinte du parc du château où nous courons sur une longue allée en terre (1100 m de ligne droite) sous les arbres, assez souple, avec parfois quelques flaques. Heureusement qu'il ne pleut pas, ce serait très glissant ! Puis c'est le retour dans le centre de Fontainebleau avec la montée assez raide, puis la partie en aller et retour qui me permet de constater que le leader Tarik Bouzid a dèjà une belle avance après moins de 4 km de course.

Baltha est bien dans le rythme, je suis devant lui, nous avons quelques secondes d'avance prises dans la descente, associées à un rythme légèrement plus rapide que 3'55" au km, mon chrono sonne donc après la passage de chaque kilomètre.

C'est à nouveau la montée du premier kilomètre, puis la descente, je n'ai pas bien compris le dessin du parcours tel qu'il est indiqué sur le plan, et après notre nouvelle entrée dans le parc nous allons cette fois-ci en direction du canal par une nouvelle longue ligne droite en sable, toujours de 1100 mètres, avec un double virage à droite pour longer le canal sur l'autre berge et revenir vers l'entrée du parc retrouver la ligne droite du début.
Bien que tout plat, cette succession de trois tronçons rectilignes de 1100 m chacun est un peu usante.
Trois coureurs militaires nous dépassent, ils semblent de très bon niveau mais ils ont une allure facile, ils se font houspiller par un entraîneur bidasse qui leur hurle " Vous n'êtes pas en footing ici, ce sont les France !".
"Sir Yesssssssssss Sir !"


Nouvelle montée dans la ville, passage au 10e km en 39'05" soit 8 secondes avant le temps requis pour terminer en 1h22'45". La petite marge d'avance est toujours là, il fait chaud et les ravitaillements placés quasiment tous les 3 km sont les bienvenus pour s'asperger d'eau.
Rx est à quelques mètres derrière, et mes jambes sont légères, en principe je devrais pouvoir tenir le rythme sur les 21 km.

Baltha a un peu de mal dans la montée du départ empruntée pour la troisième fois, Rx nous dépasse, je reste devant Baltha et je monte pas trop vite. Tentative de relance dans la descente mais je sens Baltha à fond, je l'attends, c'est à nouveau la longue ligne droite. Au 13e km le timer a sonné avant le repère, pareil au 14e km, nous sommes désormas en retard pour 1h23. Je pense que c'est définitivement cuit pour l'objectif car il va ya voir la montée du centre pour terminer. Je tente de remotiver Baltha mais il n'a pas les jambes.
Au panneau du 16e km je lui demande l'utorisation de filer pour rejoindre Rx.
Vas-y, vas-y me dit-il.

Mais Rx est loin devant sur cette ligne droite en terre. Alors j'accélère au maximum de ce que je peux, et là je sens que je suis à court de rythme et que j'ai un marathon récent dans les jambes. Je ralentis légèrement car je ne tiendrai pas 500 m ainsi. Peu à peu je reprends du terrain et la jonction s'opère au 17e km, j'ai mis 3'40" pour courir ce kilomètre. Rx est à fond aussi, il me suit et nous reprenons quelques coureurs, dont Helena Fétizon en tête de la course féminine. Je ne sais plus trop où j'en suis avec le chrono, mon timer sonne toujours en avance par rapport aux repères kilométriques, nous sommes en moins de 4 minutes au kilomètre mais c'est dur. Je suis à fond dans l'ultime côte, en haut nous tournons à droite pour un dernier aller et retour mais là je suis cuit, la grosse accélération du 17e km a eu raison de mes jambes. Je coupe (mon effort) sous l'arche du 20e km en repassant à une allure plus confortable, j'encourage de la voix qui Rx continue apparemment très motivé, j'ai calculé à la louche qu'il peut passer sous 1h24. Heureusement que ce dernier kilomètre est totalement plat, je croise Baltha qui a perdu du temps seul derrière, et je vois Rx passer la ligne quelques dizaines de mètres devant moi.
Il termine en 1h24'07" en améliorant son record sur la distance.
J'oublie d'arrêter mon chrono, je suis en 1h24'38" et Baltha termine en 1h25'57". Pas les jambes aujourd'hui.
Le parcours est très agréable, mais pas facile avec pas mal de virages serrés, quelques demi-tours, cinq montées, et en cas de pluie les passages dans le parc sur les allées en terre seraient vraiment très gras.
Le vainqueur Tarik Bouzid termine en 1h04'32" avec près de 4 minutes d'avance sur le second.
Mon psoas gauche est un peu sensible, à surveiller.
Xuxu puis Wimm en terminent à leur tour en 1h38' et 1h39', la pluie crainte mais annoncée commence à tomber, c'est l'heure de se refugier chez les Wimm's pour récupérer. Merci à eux pour l'accueil.

Prochaine course, le marathon de Chavagnes samedi 3 mai, en accompagnement de Brinouille.

Fred


Merci à Ricou, Dame Wimm, et François Jaumier dont l'album photos complet est ici :

http://flickr.com/photos/23246913@N06/sets/72157604661780067/

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net