La course à pied Les blogs courseapied.net : fred

Le blog de fred

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2009-04-14 13:11:27 : Marathon de Paris. Dimanche 5 avril 2009

'

En prenant le départ de mon trente troisième marathon ce dimanche 5 avril 2009, je n’avais qu’une seule certitude, ce ne serait pas facile.
Je tentais en effet à nouveau d’atteindre les 2h48 (ce qui correspond à une vitesse de 15 km/h), après plusieurs tentatives, notamment à La Rochelle en 2005 et en 2006, et déjà à Paris en 2008.


Ma préparation longue de huit semaines s’était très bien déroulée, j’avais couru le semi de Paris en 1h20’20" en terminant avec de bonnes sensations, j’étais prêt à ne rien lâcher sur les 42,195 km qui m’attendaient.


Nous bénéficions d’une météo très agréable au moment du départ, je me suis échauffé quelques minutes puis je suis entré dans le sas préférentiels vers 8h30. Cela se tasse sur la ligne de départ, le speaker demande de reculer, mais c’est une mission vouée à l’échec avec plus de 30000 personnes derrière, alors nous voici particulièrement serrés.
Le coup de feu retentit, je fais quelques foulées " en aveugle " puis je foule le tapis de départ et je déclenche mon chronomètre.
Ce premier kilomètre de mise en action est toujours surprenant. Devant nous la large chaussée est libre, et derrière une véritable marée humaine semble nous porter littéralement.

J’échange quelques mots avec des coureurs que je connais, surveillant le passage sur la première ligne verte. La voici, premier kilomètre en 3'57", malgré la sensation de me retenir je suis déjà sur la vitesse moyenne prévue. Passage à gauche de la Concorde cette année, ils en ont mis du temps chez ASO à supprimer le giratoire autour de l’Obélisque.
Second kilomètre couru en 4'05", je peux m’installer dans ma course désormais après huit minutes de course.
Nous partons à trois avec Jean-Charles, vétéran 2 de choc et habitué de la distance, et Jacques, néo marathonien, mutualisant notre course en ce début de marathon.

C’est déjà la place de la Bastille, je salue Ouille qui attend sur le côté, et je ralentis pour prendre une bouteille, le soleil brillant généreusement j’ai le sentiment que la température pourrait être bien tiède.
Le 5e km est franchi en 19'42", jusqu’ici tout va bien.
Quelques échanges avec Jean-Charles, sur les sensations, puis gestion de la petite montée du 8e km où j’ai ralenti l’allure.

La place de la Nation est déjà passée, le 10e km approche, bientôt le bois de Vincennes, les sensations sont excellentes, le contraire serait inquiétant alors que nous n’en sommes qu’à peine au quart de la course.
Virage de la Porte Dorée et arche du 10e km en 39'30", j’arrive sur mon terrain d’entraînement du bois de Vincennes. Je suis essentiellement concentré sur ma course et pas très attentif à l’environnement, cela dit tout m’est familier ici, depuis des années que j’y cours.


Nous atteignons une portion du bois un peu isolée, le ruban de coureurs s’étire, c’est relativement fluide dans notre rythme de 2h48 , mais suffisamment dense pour ne jamais être isolés.
Le premier tiers de course est atteint en 55'15", j’envisageais d’y être vers 55’30", disons que je suis au plus rapide de mes prévisions, il ne faut surtout pas aller plus vite.
L'arche du 15e km est passée en 59’15", je bois à nouveau, quelques gorgées, et je vide ma première dose de compote. Le berlingot est bien calé dans mon poignet en éponge, j’en ai un second au bras droit.
Depuis le 13e km Jean-Charles n’est plus dans ma foulée, mais chacun ayant prévu de suivre son propre tempo, je ne m’inquiète pas.
Nouvelle petite régulation d'allure après le 16e km dans la montée de l’hippodrome, au virage qui a précédé je me suis retourné, Jean-Charles est manifestement plus loin, j’espère que ça va pour lui.

Plateau de Gravelle, 17e km, nous atteignons le point culminant de ce marathon et également la partie la plus éloignée de l’arrivée, retour vers Paris désormais, avec une belle descente qui permet de se relâcher quelques instants.
Je confirme à Jacques que je suis à la limite haute de mon allure, il faut rester patient, la course est encore longue. Il fait vraiment tiède au soleil, j’espère que ça ne va pas trop chauffer tout de même. Un peu plus loin, sur l'avenue de Gravelle, j'entends un spectateur dire " Ha on commence à en voir dans nos âges ".

Nouveau ravitaillement au 20e km, même gestes précis : faire signe à quelqu'un qui tient la bouteille que je l'ai repéré, il tend son bras, attraper la bouteille, remercier, prendre un peu de sucre. Tout en ayant un regard périphérique pour éviter toute bousculade, il y a toujours un fou furieux qui fonce comme si sa vie en dépendait. Une fois la zone des tables passée, déboucher la bouteille, la vider légèrement, deux gorgées partiellement avalées, avaler du sucre, deux ou trois gorgées supplémenatires, et accompagner d'un geste précis la bouteille qui roule lentement vers le caniveau. Et quelques engueulades envers ceux qui s'obstinent à poser la bouteille pile au milieu de la chaussée.

Il y a foule désormais à l’approche du semi, dont l’arche surplombe la rue de Charenton.
Première indication précise grâce au temps intermédiaire, en 1h23’29" j’ai toujours cette petite marge volontairement choisie. Concernant les sensations, tout va bien, il va désormais falloir enchaîner un second semi-marathon à la même allure, mais sur un tracé moins roulant.

L’enchaînement petite descente – petite montée de la rue de Charenton est vite avalé, l’avenue Daumesnil également et c’est le second passage à la Bastille, où j’aperçois successivement Jgab puis Duduche.


Nouveau ravitaillement à la volée sur le boulevard Henri IV, eau et sucre, en faisant attention aux divers rebuts jonchant le bitume et toujours attentif à éviter les bousculades.
Après avoir viré sur le quai des Célestins, nous descendons sur la voie Georges Pompidou pour courir au ras de la Seine. J’aime beaucoup cette portion du parcours. Le beau temps aidant, il y a foule sur les quais, les prénoms imprimés sur les dossards permettant des encouragements personnalisés.
Peu après le 26e km je récupère auprès de mon fils un nouveau berlingot de compote, je le vide partiellement, il m’en reste un complet pour le derniers tiers de la course, c’est largement suffisant.

C’est l’entrée dans le très long (800 m) souterrain des Tuileries, il fait sombre et plutôt chaud, le silence est total, seulement troublé par le martèlement des foulées.
La sortie se fait sous les applaudissements, le soleil est étincelant, plus loin Baltha m’encourage, voici le toboggan sous la Concorde puis le long tunnel du Cours la Reine. Dernier passage sous terrain à l’Alma, ce secteur un peu ingrat a été bien négocié, le second tiers de course (28e km) est passé en 1h51’10", l’allure est toujours régulière vers 3'59" au km.


L'arche du 30e km est passée 1h59’24", toujours cette petite marge sur le rythme de 2h48.
Il ne reste plus que 12,2 km. C’est bien peu comme distance, vu comme ça. Mais ce n’est pas comme courir les 12 premiers kilomètres, ni même les 12 km suivant le passage du semi. Il va falloir ne rien lâcher.
Nous apercevons les premiers défaillants : course plus lente, foulée rasante, marcheurs, pas de doute, il se passe quelque chose vers le 31e km.
Niveau ambiance il ne se passe plus grand chose du côté de Molitor, au 34e km je ressens les signes annonciateurs de ce qui va m’attendre du côté des lacs, dans le final usant.

Ravitaillement du 35e km (2h19'52"), je glisse légèrement sur la chaussée humide, je m’arrête et je me baisse pour ramasser ma bouteille que j'ai maladroitement laissé tomber. Haaaaa, je le sens, mes quadris vont bientôt se manifester. Je continue après avoir ralenti une cinquantaine de mètres, il va falloir que je me fasse mal pour continuer à la même allure. Mais le marathon c’est une course, une compétition, avoir une fin de course difficile n’est pas anormal, même si ce n’est pas une fatalité.

Montée de l’hippodrome assez facilement passée, encouragé par Brinouille et Sophie qui sont bruyantes et voyantes, merci pour le soutien ! Puis c’est l’entrée dans le bois de Boulogne et mes quadris qui semblent grossir, grossir, grossir.
C’est véritablement à partir du 38e km que la douleur devient très forte, je suis obligé de raccourcir ma foulée. Cela ne va guère mieux pour Jacques qui a insensiblement perdu du terrain, désormais je vais tout tenter pour maintenir la vitesse la plus élevée possible.

Malheureusement dans ce final usant que je n’aime décidément pas vraiment, nous sommes bien isolés et je ne trouve personne dans mon allure. Je ne me souviens plus comment je me retrouve avec une bouteille en train d’asperger mes cuisses, je me houspille pour avancer alors que nous allons repasser de l’autre côté du carrefour des lacs. Je file la bouteille à mon voisin, il n'en peut plus et gémit régulièrement. Vers le 39e km Stefun m’encourage, je découvre sur ses photos que vu de l’extérieur je suis à peu près présentable.

J’effectue quelques relances qui s’avèrent de plus en plus douloureuses pour mes quadriceps. Si c’est désormais cuit pour 2h48, peut-être est-il possible de passer sous 2h50, alors je m’arrache du côté du rond-point de la porte Dauphine avant de tout lâcher dans les 200 derniers mètres sur cette avenue très large.

Voilà, c'est fini...
Je passe la ligne en 2h50’20", réalisant mon meilleur chrono à Paris et améliorant mon record marathon de quelques secondes par rapport à La Rochelle en 2005.
Jacques termine en 2h51, content de ce premier marathon même si la fin fut également difficile.

Une fois mon sac récupéré, je téléphone à Duduche qui court une partie de la course avec Martine. Je suis sensé remonter un peu la course pour les retrouver vers le 39e km, ou même avant, mais je sens que cela ne va pas être facile avec mes quadris tout crispés.
" Rendez-vous au café me dit Duduche, Martine s'est arrêtée au 25e km ".
L'idée d'aller directement au café me convient parfaitement, bizarrement le chemin me semble à peu près deux fois plus long que ce matin...

Pour les 2h48 il faudra recommencer, mais définitivement pas à Paris, sur un circuit qui ne me convient pas pour un record je pense. Le parcours est globalement roulant certes, mais après un premier semi extrêmement rapide, plus que le semi-marathon de Paris, il y a cette portion usante entre le 27e et 30e km, le faux-plat de Molitor au 33e km et la montée du 36e km, ajoutée à ces larges allées toutes en courbes du côté des lacs.
Quel rouage a coincé ? Pourquoi la mécanique s'est-elle soudain grippé ?

Suis-je définitivement condamné à connaître des fins de marathon difficile sitôt que je cours en haute performance ?
Le negative split est-il possible lorsqu'on tente de battre son record ?
Alors, Rotterdam dans un an ?

Jeudi 9 avril, fin de journée.
Je cours aux Buttes-Chaumont, les cuisses encore sensibles de ce marathon record.
Finalement j'abrège ma séance, préférant le vert accueillant des pelouses, où je paresse, contemplant les tulipes.
Il y a des tulipes à Rotterdam ?

Merci à Krusti et à Stefun pour les images.

Les réactions

Par PI, le 2009-04-14 13:21:56
Salut Fred,

si je ^peux me permettre, je pense que les 2h48' sont faisables à Paris pour toi si tu pars plus prudemment. En effet, passer 10e km en 39'30", soit avec 30 secondes d'avance sur ton planning soit quand même 3 sec au kilo en dessous de ton AM, me semblent avoir hypothéquer tes chances. Je ne pense pas que prévoir un 'matelas' soit une bonne stratégie, car étant dans les mêmes eaux que toi, mon meilleur marathon a été quand j'ai fait un "egal-split", cad le premier semi à la même vitesse que le second. Mais peut-être me trompe-je... Il me semble aussi, pour avoir suivi ta prepa, que tu as réduit ton kilometrage et tes intensités un peu près du jour J (cf ta dernière sortie longue à S-7 si je me souviens bien)
Bonne recup et bonne chance pour tes futurs marathons

Par Fred, le 2009-04-14 13:37:22
Pi,
Ma dernière sortie longue (la plus longue) a été courue à J - 14 comme d'habitude, 2h35 pour 35 km.
Dernier gros entraînement de qualité à J - 9. J'étais vraiment très bien reposé la dernière semaine.
Tenter le léger negative split en courant avec un objectif de record ? A Paris je n'ai jamais eu envie d'essayer, je l'ai déjà fait mais avec une allure légèrement plus confortable (2h58).
Prochaine course dimanche 26 avril, reprise du Paris Running Tour, j'ai une seconde place au classement général à défendre.
Fred

Par yoyo78, le 2009-04-14 13:41:53
Salut Fred,
Tu es dans le tempo jusqu'au 35ème effectivement sauf que les quelques portions défavorables du second semi ne pardonnent pas quand on est au taquet avec plus de 30kms dans les pattes.
Je ne m'inquiète pas pour toi, je suis certain que les 2h48 s'offriront à toi sous peu, probablement pas à Paris d'ailleurs. Il vaut mieux que tu cherches un autre parcours que celui-ci que tu connais si bien, ça sera psychologiquement moins éprouvant je pense.
Du reste comme Pi je pense que les 10 premiers kilomètres sont trop rapides, 3" au kilo quand on vise une perf ça laisse des traces même si justement tu voulais aborder le second semi avec une petite avance car tu savais ce qui t'y attendait...d'où l'idée d'aller courir sur un autre parcours. :)

C'est une belle perf tout de même 2h50', et un nouveau record avec ça alors: Bravo !

Par PI, le 2009-04-14 13:55:42
il m'avait semblé avoir lu que ça fait un bon nombre d'année que tu coures après ces 2h48, il semble donc pas anormal de penser que ta stratégie de course est mal adaptée, ou bien il faut accepter le fait que tu as atteint tes limites et que malheureusement ces 15 km/h de moyenne tant attendue sur la distance mythique ne seront jamais atteints... N'oublions pas qu'on a plus 20 ans ni même trente hélas!

Par yannnn, le 2009-04-14 14:42:05
Bravo pour ton record, même si tu voulais faire mieux, c'est une sacrée perf'... merci pour ton CR delicieux!

Par Bikoon, le 2009-04-14 14:43:33
Bonjour Fred,
Félicitations pour ton 33ème marathon, même si tu termines à un peu plus de 2 min de ton objectif !
Je ne suis pas spécialiste de la distance, mais peut être faut il effectivement que tu casses cette barrière sur un parcours plus roulant ?

Par Vincent 75, le 2009-04-14 14:47:50
CR détaillé encore une fois. J'admire toujours cette capacité des coureurs de ton niveau (ou mieux) de se rappeler le détail de leur course.

J'adore la remarque "Ha on commence à en voir dans nos âges".

Bravo de ne pas avoir lâché quand tes quadris te faisaient souffrir , ce qui te permet quand même de battre une nouvelle fois ton record.

Par Isérois, le 2009-04-14 15:01:17
Quel plaisir de lire un CR pareil...

En tout cas bravo pour ta perf !

Vivement 2010 pour lire ton futur CR de Rotterdam

Par Enzo, le 2009-04-14 15:15:53
Clair qu'il est possible d'aller le chercher ce fameux 15 à l'heure. Maintenant le poids des ans va commencer à se faire sentir, faudra sûrement aller du côté de Berlin, Amsterdam, Rotterdam ...

Bravo ƒred ;-)

Par gavroche, le 2009-04-14 16:45:47
bravo et merci pour ce cr très complet et très sympa.
par contre je me hasarderai pas sur ta gestion de course pour faire 2h48, un marathon plus plat peut être , berlin ou rotterdam????? et encore un temps sur marathon n'est jamais acquis comme tu le sais mais c'est là tout le charme de cete course.

Par picsou, le 2009-04-14 16:45:49
@Fred
C'est toujours tentant de vouloir prendre de l'avance au semi sur son objectif final, j'ai fait comme toi à Cheverny 1' d'avance au semi et 2' de plus que l'objectif à l'arrivée. J'ai baissé le pied du 35ème au 40ème avnt de m'arracher sur la fin. Mais comme toi, j'ai battu mon record (plus récent toutefois de 2006).
Bravo car 2h50, ça commence à "taper".
J'espère que Martine va bien digérer son arrêt prématuré.
J'ai surveillé Le Fonz à Cheverny, il n'a pas fait trop de bétises. :)

Par Bobi, le 2009-04-14 16:51:50
bravo et coucou fred !

Par Mogador74, le 2009-04-14 17:00:21

Merci pour le récit, très belle course, félicitations !!!

J'avais une question concernant le port de lunettes pendant la course, un ami en a porté durant le MDP 2009 et il m'a dit que cela peut allégé la fatigue liée à l'excés de lumière dans les yeux et donc alléger la fatigue générale ... Penses-tu que le port des lunettes dans certaines circonstances est judicieux ? Merci.

Par Stefun, le 2009-04-14 17:44:00
Quand je t'ai vu au 39ème, t'avais l'air très lucide. Tu m'as même repéré en premier ! A ce moment là, j'étais persuadé que tu allais réussir les 2h48. Dommage mais si tu vas à Berlin ou Rotterdam et que tu pars pile sur la moyenne à tenir, c'est sûr qu'il va tomber ce chrono !

Par eltito, le 2009-04-14 19:25:04
Pour répondre indirectement à Enzo que je salut, je peux te dire qu'Amsterdam n'est pas plus facile que Paris(et j'en sais qq chose). Sur Amsterdam il y a pas mal de petits ponts sur la fin et surtout un aller / retour sur l'Amstel qui peut-être très difficile quand le vent est présent, ce qui est assez fréquent dans ce coin.
Revenons à ton marathon: Tu dis avoir fait 1h20'20 cette année. Si tu nétais pas à bloc OK, mais si ce n'est pas le cas alors passer au semi du MDP en 1h23'35 est quand même très chaud.
Maintenant c'est sur aussi que tu es grand et surtout tu connais parfaitement le marathon et que tu fasses 2h52, 2h53 ou même 3h00 en ayant tenté les 2h48 ce n'est pas dramatique pour autant.
Peux-tu me dire si tu as changé qq chose dans ta façon de d'entrainer et as tu un lien sur lequel tu mets tes entrainements?
Sur ce, je te felicite car tu as quand même battu ton record :-)
Bonne soirée
Thierry

Par COATCH, le 2009-04-14 19:58:36
C 'est bien quand m^eme mais si tu es V1 tu auras du mal à ameliorer il fallait tenter en sénior. en tous cas bravo pour ton record ca se joue a pas grand chose les fins de marathon souvent

Par Phox, le 2009-04-14 20:44:10
Jolie course et superbe récit ! bonne chance pour le 15km/h sur marathon !

Par Jgab, le 2009-04-14 21:23:05
Ce n'est pas le record que tu attendais, mais tu as fait une belle course.
Bravo

Par ric69, le 2009-04-14 22:38:25
Il y a dans ton récit le poids d'une crainte qui fait redouter ce qui arrive dans les derniers kils. Et poutant on y croit longtemps en se disant que ça va passer. Perso, je trouve remarquable que ça se soit passé ainsi car c'est venu tard et t'as tenu jusqu'au bout en composant avec des quadris bien entamés. Y a pas à dire, c'est une super course et faire ce chrono là, je dis bravo fred, y a du métier pour y arriver, c'est indéniable. Bonne récup à toi.
Comme dab, CR incomparable qui fait vibrer.
@+

Par Boucheries Bernard, le 2009-04-14 22:45:11
C'est du beau cuissot ça ma p'tite dame, premier choix qualité extra!!! élevé en pleine air qui a passé sa vie a gambader!!!

Par GGBI, le 2009-04-14 23:22:35
Même de quelques secondes, un record c'est déjà pas mal.

Bravo.

Comme PI je pense que en partant moins vite, y'a moyen de mieux faire.

Je sais, c'est pas toujours facile à mettre en oeuvre.

Peut être en ouliant un peu l'objectif de 2h48.

Parfois c'est ainsi que le chrono arrive.

Par Lucho, le 2009-04-15 00:05:09
Salut Fred,

félicitations pour ton meilleur sur Paris, malgré une fin de course difficile. Rotterdam ou Berlin devraient te permettre d'atteindre les 2h48...
Moi, ça boume, les affaires marchent bien, de ce fait, très peu de sport, un jogging ou une sortie à vélo quand c'est plus calme.
Bisous à vous deux,
Lucho.

Par Fred, le 2009-04-15 00:20:34
Réponses en vrac.
Je parle de Rotterdam (qui se court début avril), pas Amsterdam qui a lieu en octobre, de toute façon je ne peux pas préparer correctement un marathon de début d'automne. Même problème pour Berlin, prépa en plein mois d'août.
Pour les lunettes, je suis assez sensible au fort ensoleillement, donc ça me convenait de les avoir ce jour là.
J'avais couru le semi de Paris en préparation sans être à fond.
Je persiste à penser qu'en visant un record, je ne peux pas courir en negative split sur ce parcours. De toute façon pour terminer en 2h48', il faut bien passer vers 1h23'30" / 1h23'50" au semi...
Concernant le fait que j'aurais pu (ou dû) tenter de courir plus vite en étant plus jeune, je courais beaucoup moins avant d'avoir environ 35 ans (l'an 2000), durant la décennie 1990 - 1999 je n'ai couru que six marathons, dont deux caniculaires. En 2000, je n'avais couru que dix marathons, première approche des 2h48 en 1992 avec 2h52.
Picsou, Martine a sagement interrompu sa course, elle était un peu fatiguée, et son objectif est bien les 100 km, pas le marathon.
Bonne nouvelle Lucho, je crois que cet été nous irons faire un tour dans l'est...
Fred

Par Baltha, le 2009-04-15 00:33:45
Très belle course en effet - je ne me souviens pas avoir posté plus haut ?
Bravo Fred, tu concrétises une belle prépa, dont j'ai partagé nombre de sorties.
Pas de marathon d'automne en 2009 pour moi non plus, donc pourquoi pas Rotterdam en 2010 ?
Ca nous permettrait de faire pas mal de sorties ensemble encore, et j'espère bien d'ici là avoir le niveau pour viser moins de 2h50 également - il faut ça dans mon club pour espérer réintégrer le top 15, ça fait un objectif comme un autre.

Par Fred, le 2009-04-15 00:36:33
Pour Rotterdam il faut demander des infos à Serge et la Féline.
Fred

Par Phinic, le 2009-04-15 06:37:03
C.R. trés bien rédigé !

Par yoyo78, le 2009-04-15 09:27:21
Pas de marathon d'automne du tout Fred ou pas de marathon d'automne en perf ? J'avais cru comprendre que tu en prévoyais un en particulier, je me suis peut-être trompé.

Par Cyrille, le 2009-04-15 10:52:57
A + de 40 ans c' est moins facile en tous cas bravo pour maintenir le niveau @ + Cyrille

Par Poopa, le 2009-04-15 11:47:12
courir " en haute performance " avec des lunettes de soleil !!! sans les lunettes tu peux gagner 2' !!!

Par OPTIQUE 2000, le 2009-04-15 12:01:18
c'est pas faux, venez nous voir on a des lunettes ultra légères en titane 20grs pas plus on fait des prix pour les marathoniens

Par Fred, le 2009-04-15 12:55:30
Mes lunettes pesant 22 grammes, si je retirais les deux verres, quel serait le gain de poids ? Trois grammes ?
Fred

Par Bozo, le 2009-04-15 13:28:21
Que dire ! Bravo !! je pense également qu'un marathon populaire pourrait te faire perdre moins de temsp au départ...
Bozo

Par JS, le 2009-04-15 13:46:38
A 50ans si on n'a pas courru un marathon en moins de 2h50 c'est qu'on a râté sa vie!

Par JS, le 2009-04-15 13:51:19
ps : n'empêche que c'est un sympathique CR
et c'est dommage que vous n'ayez atteint votre objectif car touts les éléments était réunie pour pulvérisé ses temps.
bonne route.

Par Jeun, le 2009-04-15 13:55:51
place aux jeunes. Ceci dit avec un string tu aurais eu un meilleur cx!

Par Cyril, le 2009-04-15 13:58:20
Salut,

Je suis assez impressionné par la précision de ton compte-rendu! Bravo pour ton temps. Je n'ai couru qu'un marathon mais je me rends compte que quelques minutes se jouent à peu de choses, un petit facteur a fait que tu as eu les jambes un peu contractées sur la fin, je pense pas qu'on puisse parler de limites ici. Tu aurais pu tenir l'allure dans d'autres conditions.

à+

Par Jean-Charles, le 2009-04-15 14:44:15
Désolé de ne pas avoir pu t'accompagner jusqu'au bout.
Bon, les 2h48, tu vas les faire, c'est sûr.
Ce n'est pas un problème d'âge (pour moi, c'était à 42 et à 45 ans).
Ce n'est pas forcément lié au marathon de Paris (pour moi, c'était à Paris).
Le negative split n'est pas obligatoire non plus (en 2004, 1h22 au premier semi et 1h26 au second), mais là, je ne suis pas sûr d'être le meilleur conseiller (en fait, dans le genre anxieux, je préfère me rassurer en ayant de la marge... ce qui n'est pas toujours payant comme cette fois-ci !).

Tu as toutes les qualités pour faire 2h48 et moins.

Merci pour ton compte-rendu.
A bientôt.

Jean-Charles

Par Jean-Charles, le 2009-04-15 14:47:06
Désolé de ne pas avoir pu t'accompagner jusqu'au bout.
Bon, les 2h48, tu vas les faire, c'est sûr.
Ce n'est pas un problème d'âge (pour moi, c'était à 42 et à 45 ans).
Ce n'est pas forcément lié au marathon de Paris (pour moi, c'était à Paris).
Le negative split n'est pas obligatoire non plus (en 2004, 1h22 au premier semi et 1h26 au second), mais là, je ne suis pas sûr d'être le meilleur conseiller (en fait, dans le genre anxieux, je préfère me rassurer en ayant de la marge... ce qui n'est pas toujours payant comme cette fois-ci !).

Tu as toutes les qualités pour faire 2h48 et moins.

Merci pour ton compte-rendu.
A bientôt.

Jean-Charles

Par Caroline, le 2009-04-15 19:20:28
Bonjour Frédéric c'est sympa d'avoir des news et encore bravo! Caroline / PJ

Par Fred, le 2009-04-15 21:23:33
@ Bozo, merci mais je ne perds pas de temps au départ, décalage de 4 secondes sur la ligne. A aucun moment je ne suis gêné, il faut simplement être vigilant sur les trois premiers ravitaillements.
@ JS (alias " ce gars là "), ouf il me reste presque six ans pour réussir ma vie. J'ai toutefois un Forerunner Oyster Perpetual, cela compense ou pas ?
@ Jeun, la CX c'est dépassé non ?
@ Cyril, le marathon est vraiment une distance à part, cela dit toutes les conditions étaient bonnes pour courir.
@ Jean-Charles, merci et bon marathon à Londres.
@ Caroline, merci, au plaisir.
Fred

Par mieloup, le 2009-04-16 16:20:37
du fred dans le texte et dans les actes
respect monsieur
je reviendrais surement te titiller sur les dernières du PRT, histoire de...

Par Fred, le 2009-04-16 16:27:49
Haaaa ce n'est pas trop tôt, c'est un peu à cause de toi si je me suis embarqué dans ce challenge.
Tu pourrais peut-être venir taquiner le R² ?
Fred

Par mieloup, le 2009-04-16 16:38:09
si pour toi le podium est pratiquement acquis, je crains que pour camarade ric, la plus mauvaise place se dessine...
je viendrais faire le minimum syndical pour être classé et bien entendu mettre les abeilles au petit ²

Par Jokeman 2, le 2009-04-16 16:46:23
Le podium est à qui? looool!!!

Par sitiena, le 2009-04-16 17:15:44
il ya certains athletes comme ça qui sont bloqués par une barrière de temps ,pour toi ,elle est sur marathon avec ces 2h50 répéter x fois ...
le problème peut être psychologique,dans la préparation,dans les ravitos ,réhydratation comprise
il faudrait faire un check up de ces paramètres puis comparer avec tes anciens marathons

Par miles, le 2009-04-16 17:54:00
Félicitation pour ta course et pour ton récit qui me donne envie de progresser et de continuer. Bravo !!

Par SERGE92, le 2009-04-17 00:09:48
FRED félicitations moi non plus à Paris je n'ai jamais pu descendre sous les 2h50 sur les différents parcours proposés.....bravo tu as encore tout donné donc pas de regrets à avoir.
Pour l'an prochain pourquoi pas retourner à Rotterdam, facile d'accès, hotel à 30m de la ligne de départ.....et marathon plus roulant qu'à Paris bien que j'y ai fait mon plus mauvais temps :-))) mais c'est mon histoire d'un mauvais jour et je n'entend pas rester sur cette fausse note......Maintenant un autre challenge t'attend déjà!

Par Fred, le 2009-04-17 09:36:38
Serge, je ne sais plus en quelle année nous étions partis de la Concorde pour commencer par la montée des Champs-Elysées, et quand le marathon se terminait-il à l'hippodrome de Vincennes (la même année non ?).
Fred

Par V 12, le 2009-04-17 11:36:52
He salut les jeunes, je suis V 12 je peux vous dire le marathon en 36 c'était qqchose nom d d'jou..... On courait sur les pavés avec des mocassins en daim, le chrono c'était une montre à gousset, j'avais un caleçon court et un maillot de corps et aux ravitos hop pichet de 25, hop pichet de 50, rondelles de sauçisson et paris-beurre-cornichon.... He ça a bien changé on dirait d'nos jours.

Par Fred, le 2009-04-17 11:54:47
Ha oui j'imagine, un V12 cela doit sacrément consommer...
Fred

Par Bozo, le 2009-04-17 15:33:34
personne pour rigoler à la Vanne de Fred?

Par Bzh, le 2009-04-17 15:42:41
Marathon du bout du Monde en 2010. Sinon marathon de Vannes, côte d'Amour,Transléonarde, St. André les eaux, le choix!

Par mécano, le 2009-04-18 15:00:53
V12
BW ou JAG SOVEREIGN ?

Par Séguéla, le 2009-04-18 17:50:30
Si vous avez pas un moteur V6 a 40 ans vous avez ratés votre vie.

Par Mécano, le 2009-04-18 22:15:19
V6
1-5-3-6-2-4
Jacques tout est en ordre d'allumage

Par zuniga, le 2009-04-20 20:37:51
très sympa le récit .

ad

Par J-Luc, le 2009-04-27 15:50:20
Alors ça a donné quoi à Londres finalement? @+

Par J-Luc, le 2009-04-27 16:33:45
[mode OFF] Apprends à écrire l'abruti qui écrit "la distance renne", on écrit "reine" [fin du mode OFF]
Sorry Fred j'ai confondu pour Londres ;-)
See U

Par Axel, le 2009-04-28 16:27:11
Merci pour ce CR. Tout à fait d'accord avec ton analyse sur les "deux semis" de Paris.
Je suis parti à Rotterdam cette année pour tenter de battre mon record. Malheureusement pb gastrique dès le 3ème km ce qui ne m'a pas permis d'accrocher les 2h30 (en tous les cas de descendre sous les 2h35, mon record personnel). Mais le parcours est roulant, l'organisation top et la foule nombreuse. En plus la fin à partir du 35km est plutôt en très léger faux plat descendant.
A plus !
Axel

Par MARATHONMAN, le 2009-04-28 17:52:39
BERLIN le 27 09 le + plat le + rapide le + performant le + d'ambiance allezy!!!

Par Epitaphe, le 2009-04-28 20:12:50
Toujours un plaisir de te lire Fred !

Par marathonnien, le 2009-05-03 23:29:32
2hrs50 en v1 pas mal pas mal mais y a mieux ca fait quelle plcae?

Par Poussintx, le 2009-05-10 16:18:26
Le prochain sera le bon Fred!
Bonjour des US...

Par Fred, le 2009-05-11 09:21:05
Thx Poussin.
Congrats for the future baby, take care.
Fred

Par Fred, le 2009-05-11 09:24:49
Non, je n'ai pas prévu de courir à Londres, c'est compliqué pour s'inscrire (loterie ou agence uniquement).
Ni à Berlin non plus, commencer ma préparation fin juillet ne me convient pas.
Fred

Par pierre, le 2009-05-13 16:13:02
!?!? mais je le connais lui..
2h50 :ca rigole pas ca pousse fort.Moi c'est un pierre du côté de chez ali a boulogne.J'ai debuté la course il y a 2 ans et 4h05.Si je fais un jour moins de 3h45 je serais très satisfait.
2h50 !je suis epaté. Encore une fois félicitation et bonne continuation car ce blog est bien sympa.

Par Poussin, le 2009-05-15 07:50:24
Salut Fred,
je t'écris par le biais de ton blog comme promis hier aux Buttes-Chaumont. Envoie-moi un petit mail (jpgrasland@aol.com) et je te donnerai mon adresse postale. Ton blog est toujours aussi intéressant et j'ai beaucoup apprécié tes précédents articles sur notre course de la Saint-Valentin.
Tes commentaires sur ta préparation au marathon m'ont interpelé : j'ai toujours pensé qu'une sortie longue de 35km était vraiment trop longue et dommageable pour les fibres musculaires dans la mesure où il faudrait dans ce cas un repos de qqs jours incompatible au milieu d'une préparation au marathon?
Ton CR est très intéressant et riche d'infos. Merci et à bientôt.
Jean-Pierre

Par Fred, le 2009-05-15 14:58:20
Je m'en occupe et je grave un CD des photos.
Bon trail dimanche !
Fred

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Ha, il n'y aurait pas la distance en 2009 ?


Place de la Bastille, 7h10. L'open bar du 5e km est en cours d'installation.


Champs-Elysées, 7h30.
After ou before ? Des coureurs sont déjà là.


Avec Jean-Charles en noir, et Jacques en maillot rouge, nous arrivons sur le cours de Vincennes, après la place de la Nation (8e km).


Peu avant le château de Vincennes, 12e km.
Funambule sur le fil bleu.
Le marathon, une question d'équilibre.


Montée du 22e km, rue de Charenton.


Second passage à la Bastille, chaude ambiance sous les pavés au 24e km.


Image extraite de la vidéeo du passage au 30e km, entre les ponts de l'Alma et d'Iena.


Au 35e km, c'est bien fluide soudain...


Au 39e km, du côté du carrefour des lacs.


De la décontraction jusqu'à l'arrivée, sauf pour mes quadris.


La large ligne droite d'arrivée après la porte Dauphine.


C'est terminé...


Mouvement à grande complication.


Rotterdam, avril 2010 ?


Les 5 billets précédents

2009-02-26 20:48:40 : Meeting de Paris Bercy, vendredi 13 février 2009 - 84 photos - 29 réactions

²

Voici quelques images du meeting de Bercy 2009, l'intégralité est dans mon album Picasa :

http://picasaweb.google.com/marathonnerre/MeetingDeParisBercy2009#


Fred

2009-02-08 23:12:04 : Foulées de Vincennes, dimanche 8 février 2009 - 5 photos - 12 réactions

²

Après les 5 et 10 km de Malakoff samedi 31 janvier, voici les 10 km des foulées de Vincennes, courus par de bonnes conditions météo : temps froid mais pas glacial et quasiment pas de vent.
Le parcours très roulant a permis notamment à Baltha, à Yoyo 78 et à d'autres de battre leur record sur la distance.

Les images sont dans mon album Picasa :

http://picasaweb.google.com/marathonnerre/LesFouleesDeVincennes2009#

Prochain album photo, le meeting en salle de Bercy, vendredi 13 février.

Fred

2009-02-04 08:06:42 : Foulées de Malakoff, 5 et 10 km, samedi 31 janvier 2009 - 2 photos - 20 réactions

²

J'ai mis en ligne mes photos des 5 km :

http://picasaweb.google.com/marathonnerre/FouleesDeMalakoff5Km#

Et des 10 km :

http://picasaweb.google.com/marathonnerre/FouleesDeMalakoff10Km#

Si vous utilisez ces images pour vos sites, blogs, etc, merci de lire ceci au préalable :
http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

Fred

2009-01-05 22:29:32 : Vingt-deux, v’là les Vincennus™. Dimanche 4 janvier 2009 - 53 photos - 46 réactions

²


Vingt-deux, v’là les Vincennus™.


Pierrot écrivait récemment, " Ce matin en courant je me suis rendu compte que les Vincennus™ avaient un peu plus de quatre ans : première sortie fin novembre 2004 pour Baltha et moi. C'est Vincent 75 qui baptisa le groupe (qui s'était très rapidement étoffé) " Vincennus " au printemps 2005 si ma mémoire est bonne... "

Si Vincent est l’inventeur des Vincennus™, en réalité nous existons depuis… au moins l’automne 1986.
Déjà quasi riverain du bois de Vincennes à l’époque, je partais depuis le lac de St-Mandé, en face du chalet des gaufres.
Pierrot y courait déjà certainement, Brinouille découvrait sa première tendinite et Martine était championne de Bretagne de lancer-franc.

Dimanche 4 janvier, cela faisait bien longtemps que nous ne nous étions pas retrouvés aussi nombreux au départ de notre balade dominicale : Brinouille, Martine, Pierrot, Stefun, Jean-Luc, Yannnnn et ses bras, Vincent, et Aleksi à vélo.

Lundi 5 janvier, elle est là.
Elle est tombée, elle tombe encore.
La neige.
Pour Martine ce fut une découverte de courir sur la neige, dans un bois seulement fréquenté par quelques coureurs ou promeneurs de chiens.

Prochaines courses pour moi, l’Ice Trail version 15 km le 18 janvier, puis reprise du challenge Paris Running Tour, avec les 10 km du XIVe le 25 janvier, les 10 km du VIIIe le 1er février et les 10 km de la St-Valentin sur les montagnes Russes des Buttes-Chaumont le 14 février.
Avec de sérieux adversaires : Mielou représentant la République Française, Ric² du Santa Magenta Track Club, JPII du Vas-t-y quand, la République Démocratique des Buttes-Chaumont étant défendue par moi.

Très belle année 2009 à tous.

Les Vincennus™ réunis.

2008-11-16 18:12:58 : Les 10 km du IXe, dimanche 16 novembre 2008 - 16 photos - 28 réactions

²

Seconde étape du challenge Paris Running Tour.

Le parcours était finalement assez sélectif, avec la montée de la rue Rochechouart à passer deux fois, la rue des Martyrs une fois au premier tour, trois côtes certes compensées par la belle descente de la rue d'Amsterdam, où curieusement j'ai lâché la rampe au second passage, laissant filer Mielou et mes espoirs de passer sous 37'30".

Au départ je découvre avec plaisir que Tomis est là, il va falloir batailler ferme, mais je sais qu'il est inaccessible.
Le départ est différé de près de 20 minutes car la circulation n'a pas été encore totalement stoppée, alors nous repartons nous échauffer un peu.

Après un départ prudent et un passage dans la montée Rochechouart au premier kilomètre en 4 minutes pile, Tomis me passe enfin et s'éloigne irrémédiablement. C'est ensuite la grosse chamaillerie entre Ric², Mielou et moi, puis Ric² est décramponné, alors je me tire la bourre avec Mielou.
Passage au 5e km en 18'50" le second tour sera un peu plus facile car la rue des Martyrs n'y figure plus.
Mielou ne lâche rien, il manque se faire tacler par un adolescent qui s'essaye à la course et qui coupe la trajectoire de Mielou. Je lui fais les gros yeux (à l'ado, pas à Mieloup, trop peur...).

Mielou me lâche définitivement dans la descente rue d'Amsterdam vers St-Lazare, je gère mal la fin de course où le kilométrage n'était plus indiqué une fois passé le cinquième kilomètre, et je découvre soudain l'arche d'arrivée avec Mielou qui s'arrache.
Je coupe (la ligne) en 37'32", puis Ric² arrive ensuite, suivi par JPII qui m'a l'air d'avoir couru " en roue libre ".

Super buffet ensuite sous les lustres de la salle du conseil de la mairie du IXe.
Tomis est 3e V1, Mielou 4e, Ric² 7e, et je suis 5e, 17e au scratch.

Tous les résultats ici :

http://www.topchrono.biz/course.php?idc=3510&cr=10km&an=2008&cr_nom=Paris%20-%2010km%20du%209ème

Classement provisoire du challenge, après deux épreuves :

2 - Mielou 185 points
3 - Ric² 183 points
Je suis 6e avec 180 points.

Prochaine épreuve du challenge, dimanche 23 novembre dans le XVIIe.

Il se murmure que l'AB devrait être présent, tout comme JPII.

Fred

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net